Vous ne disposez pas d’une version de Flash suffisamment récente pour visualiser cette vidéo. Vous pouvez télécharger la dernière version de Flash ici. Il est également possible que JavaScript ne soit pas activé.

Accueil > Artisans > Comédiens > Jean Asselin
225, 231, 328

Jean Asselin (né en 1948)

« Le personnage de Paul ne m’a pas fait peur, au contraire, il m’a attiré.

Quand il te prenait, il était vraiment près de toi. »

Jean Asselin,
Paul Buissonneau ou la vigoureuse impatience, p. 176

Jean Asselin dans la pièce «Astérix et ses romains»
Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Centre d'archives de Montréal. Fonds Paul Buissonneau.
(MSS465)

Extraits audio et vidéo

Né en 1948, Jean Asselin est aujourd’hui un homme de théâtre incontournable. Il fait ses premières armes auprès de Paul Buissonneau et de sa Roulotte dès 1966. Il y parfait son talent naturel pour la pantomime, technique de jeu dont il attribue par ailleurs la pérennité en sol québécois à Buissonneau. C’est également là qu’Asselin fait ses premières mises en scène. Fort de cette expérience, il part pour l’Europe où, de 1972 à 1977, il perfectionne son art auprès de celui qui devient rapidement son maître à penser, Étienne Decroux, généralement reconnu comme le père de la pantomime moderne.

À son retour à Montréal, à la fin des années 1970, il fonde avec sa compagne Denise Boulanger la troupe Omnibus. Débute alors une riche période où Asselin est actif devant et derrière la scène; il développe une dialectique de jeu où prédomine la maîtrise du corps, à mi-chemin entre la pantomime et la danse. Par cette approche novatrice, il est de fait à l’origine des œuvres les plus influentes de Robert Lepage, de Gilles Maheu et de la troupe Carbone 14. Au cours de sa carrière, il dirige des créations pour plusieurs grands théâtres québécois, dont son inoubliable mise en scène du « Roi Lear » au Théâtre du Nouveau Monde en 1992.

Au-delà de toutes ces réalisations, c’est en tant que pédagogue qu’il se démarque. On lui doit notamment au sein de l’École de Mime de Montréal dont il est le co-fondateur, la formation d’un bon nombre d’interprètes. Enfin, outre ses nombreuses collaborations avec des auteurs dramatiques, il est l’auteur des oeuvres « Adieu Ararat ! » (1996) et « Beautés divines » (2000).

1965 : Les cow-boys de l’Oklahoma
1966 : La belle au bois dormant / Les marionnettes
1967 : Le roi Dagobert / Barbe bleue / La bébitte à patate / La bataille de la Reichtauffen
1969 : Le Générique / Lavo-Matic (Arlequin, blanchisseur) / Il faut sauver la lune
1970 : Enzime Boum Boum / Astérix et ses romains

Sources