Vous ne disposez pas d’une version de Flash suffisamment récente pour visualiser cette vidéo. Vous pouvez télécharger la dernière version de Flash ici. Il est également possible que JavaScript ne soit pas activé.

Accueil > Artisans > Comédiens > Gilles Latulippe
343

Gilles Latulippe (né en 1937)

« Paul Buissonneau, d’après moi, était l’imagination faite homme. »

Gilles Latulippe,
Avec un sourire, p. 77.

Gilles Latulippe (au centre) dans un spectacle de La Roulotte
Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Centre d'archives de Montréal. Fonds Paul Buissonneau.
( MSS465)

Extraits audio et vidéo

Issu d’un quartier modeste de l’Est de Montréal, Gilles Latulippe hérite de sa mère un sens inné du rire et de la fête, et de son père, ferronnier, une rigueur professionnelle d’homme d’affaires. Tout jeune, c’est auprès de son oncle Lewis, fin farceur et joueur de tours, qu’il développe son goût pour l’humour.

En 1955, alors qu’il travaille avec Yvon Deschamps comme commis à la discothèque de Radio-Canada, celui-ci le présente à François Rozet. Acteur français renommé, Rozet enseigne à Latulippe les grands classiques et reconnaît rapidement la fibre comique du jeune homme et son talent pour l’improvisation. Le 1er avril 1959, la carrière du comédien commence; à 21 ans, il joue dans la pièce « La Bande à Bonnot » mise en scène par Paul Buissonneau et présentée à la prestigieuse Comédie Canadienne (aujourd’hui le TNM). C’est un véritable baptême. Dans la salle, Gratien Gélinas le remarque et quelques mois plus tard, alors que Latulippe a quitté Radio-Canada et travaille activement au sein de la Roulotte, il l’invite à participer à sa pièce « Bousille et les justes ».

Les années 1960 sont formatrices pour Latulippe. Il se produit alors principalement sur les planches des cabarets où il apprend la mécanique de la comédie improvisée. C’est aussi à cette époque qu’il fait ses débuts à la télévision; de 1963 à 1993, il joue de façon ininterrompue dans des dizaines d’émissions dont le « Zoo du Capitaine Bonhomme » (1963-1968), « Cré Basile » (1965), « Symphorien » (1970-1977), « Poivre et Sel » (1983-1987) et « Les Démons du midi » (1987-1993). Enfin, c’est en 1967 qu’il fonde le lieu dont il est désormais indissociable, le Théâtre des Variétés. Sur cette scène, dont il assure la direction pendant 33 ans, il s’initie au burlesque auprès des grands tels Olivier Guimond et Rose Ouellette (La Poune), et confère du coup un second souffle à ce genre théâtral. Encore actif aujourd’hui, Latulippe est à lui seul l’incarnation comique de toute une époque.

1959 : Pierre et le loup / L’entrée du cirque

Sources