Vous ne disposez pas d’une version de Flash suffisamment récente pour visualiser cette vidéo. Vous pouvez télécharger la dernière version de Flash ici. Il est également possible que JavaScript ne soit pas activé.

Accueil > Artisans > Comédiens > Yves Gélinas
34, 98, 141, 154, 157, 166, 167, 172, 338

Yves Gélinas (né en 1939)

Comédiens de La Roulotte assis sur la pelouse parmi des accessoires de théâtre au parc La Fontaine
Nous y voyons Paul Buissonneau et Richard Pérusse au centre, Clémence Desrochers à l'extrême gauche, Jean-Louis Millette en haut et à gauche, un agent de sécurité debout et en haut de l'image, Yves Gélinas en haut et à droite, Ève Gagné auprès du piano, Nicole Filion en bas et à droite, ainsi que Roger Lefebvre en bas et à gauche. Archives de la Ville de Montréal
(VM105,SY,SS2,D3)

Sur les traces de son célèbre père, Gratien Gélinas, Yves Gélinas se dirige spontanément vers le théâtre à sa sortie du Collège Jean-de-Brébeuf en 1958. Travaillant déjà pour la Roulotte pendant les vacances d’été, il poursuit alors des études au Conservatoire d’art dramatique, d’où il gradue en 1961. On le voit par la suite sur la scène et à la télévision, notamment dans les téléromans « Le mors aux dents » (1961) et « Le Pain du jour » (1963) où il retrouve quelques-uns de ses acolytes de la Roulotte, Clémence Desrochers, Yvon Deschamps et Mirielle Lachance.

Vers la fin des années 1960, il se met à la mise en scène et à la réalisation cinématographique. Toutefois, ce qui marque davantage le comédien dès cette époque, c’est son engouement pour la navigation. À l’été 1967, tout en assurant la production de plusieurs installations de l’Expo, il acquiert son premier voilier qu’il remplace par un autre, plus performant, six ans plus tard. C’est à bord de ce bateau, joliment baptisé Jean-du-Sud, qu’il entame une longue série de croisières aux quatre coins du globe. Le plus mémorable de ces voyages en mer est sans conteste son périple de 282 jours autour du monde effectué en solitaire du 1er septembre 1981 au 1er janvier 1982. Il a largement documenté cette aventure en diffusant à partir de l’embarcation des reportages quotidiens à la radio, en réalisant un long métrage de cette entreprise et en en publiant le récit en 1988 sous le titre « Jean-du-Sud et l’Oizo-Magick ». Aujourd’hui, entre deux croisières, l’« artiste dramatique et navigateur intrépide »1 s’occupe principalement de sa compagnie de produits marins « Cap Horn », fondée en 1989.

1956 : Pinocchio / Cadet Rouselle / L’héritage infernal
1957 : Cadet Rouselle / Le chat botté / Cinéma muet
1958 : Un simple soldat et le briquet (Le soldat au briquet)

Sources