Vous ne disposez pas d’une version de Flash suffisamment récente pour visualiser cette vidéo. Vous pouvez télécharger la dernière version de Flash ici. Il est également possible que JavaScript ne soit pas activé.

Accueil > Artisans > Comédiens > Luc Durand
98, 138, 140, 141, 143, 144, 145, 146, 164, 165, 166, 169, 170, 333, 334, 335, 385

Luc Durand (1935 - 2000)

« Paul était très dur pour ses acteurs. Nous n’étions pas formés à cette mentalité, celle de l’école des variétés.

Ça y allait à la moulinette! Il apportait cette rigueur propre aux Compagnons de la Chanson (…) »

Luc Durand parlant de Buissonneau,
Paul Buissonneau ou la vigoureuse impatience, p. 166

La Roulotte au parc Sir-Wilfrid-Laurier
On y voit, de gauche à droite, Yves Gélinas, Clémence Desrochers, Guy Sanche et Luc Durand.Archives de la Ville de Montréal
(VM105,SY,SS3,D21)

Images 1 à 12 sur 17

1 2

Agrandir les images

Extraits audio et vidéo

C’est sans doute sous les traits de Gobelet, acolyte de Sol (le regretté Marc Favreau), que Luc Durand est le mieux connu. Cependant, cet homme de théâtre, né à Montréal le 14 septembre 1935, a également œuvré comme metteur en scène et acteur à la télévision, sur les planches et au grand écran. Fils de comédien, et lui-même père de l’acteur Antoine Durand, il s’initie très tôt à l’art dramatique et joue aux côtés de son père dès l’âge de huit ans. Son expérience n’est sans doute pas étrangère au fait que Paul Buissonneau lui accorde rapidement sa confiance et en fait son assistant peu après ses débuts officiels à la Roulotte en 1955. Par la suite, Durand cumule les rôles à la télévision où il incarne d’abord des personnages pour enfants et apparaît ensuite dans plusieurs téléromans allant du « Tac au Tac » (1976) à « Virginie » (1996). Au cours de sa carrière, il fait également quelques apparitions au cinéma, notamment dans « Le Siège de l’âme » en 1997 (Olivier Asselin). Mais c’est surtout au théâtre qu’il s’est le plus illustré, sur plusieurs scènes dont le Quat’sous, héritier direct de la Roulotte. Ses mises en scène de pièces classiques ont souvent récolté les faveurs des critiques, par exemple celle de « L’avare » en 1995, sa dernière production d’importance. Aux prises avec un cancer, Luc Durand décède le 3 juillet 2000.

1955 : Le roi Dagobert / Barbe bleue / Arlequin, lingère du Palais / La pêche à la baleine
1957 : Cadet Rouselle / Le chat botté / Cinéma muet
1958 : Un simple soldat et le briquet (Le soldat au briquet)

Sources