Vous ne disposez pas d’une version de Flash suffisamment récente pour visualiser cette vidéo. Vous pouvez télécharger la dernière version de Flash ici. Il est également possible que JavaScript ne soit pas activé.

Accueil > Artisans > Comédiens > Marcel Sabourin
134, 139, 142, 351, 352, 353

Marcel Sabourin (né en 1935)

« J’étais le souffre-douleur de Paul parce que j’étais à l’opposé de ce qu’il attendait. Pas bricoleur pour un sou,

souvent distrait, jamais sorti de chez moi. Sauf que j’étais une nature et c’est ça que Paul aimait chez moi. »

Marcel Sabourin,
Paul Buissonneau ou la vigoureuse impatience, p. 156

La Roulotte de passage au centre sportif Maisonneuve
On y voit Marcel Sabourin.Archives de la Ville de Montréal
(VM105,SY,SS3,D6)

Né en 1935, le réputé acteur et scénariste montréalais Marcel Sabourin complète ses études secondaires au Collège Sainte-Marie avant de s’orienter vers les arts dramatiques. Il suit à Montréal divers cours au Théâtre du Nouveau Monde, fondé en 1951, à Paris auprès de Jacques Le Coq et de Tania Balachova, et à nouveau dans la métropole au Montreal Drama Studio sous l’égide de William Greaves.

En 1953, Sabourin fait partie de la distribution de la pièce « Pierre et le loup », le tout premier spectacle présenté par la Roulotte. Même s’il a déjà touché au monde du théâtre avant son arrivée dans cette troupe ambulante, il fait partie des acteurs pour qui cette expérience avec Buissonneau sera déterminante. Par ailleurs, c’est aux côtés de quelques collègues de la Roulotte, dont Luc Durand et Jean-Louis Millette, qu’il fait ses débuts à la télévision en 1963, alors qu’il crée le personnage de Mandibule, le scientifique de l’émission pour enfants « Les Croquignoles ». Il a écrit aussi plusieurs textes de chansons pour un artiste également issu de la Roulotte, Robert Charlebois.

Entre deux saisons au sein de la troupe, Sabourin fait son entrée dans le monde du cinéma en 1955, alors qu’il participe à son premier long métrage, « Deux Smaragdin » de Jean Letarte. Par la suite, il joue une cinquantaine de fois au théâtre et dans autant de films dont le désormais classique québécois « J. A. Martin photographe » qu’il coscénarise avec Jean Beaudin et qui est lancé en 1976. Encore très actif tant à la télévision, au grand écran que sur les planches, Marcel Sabourin enseigne à l’École nationale de théâtre. Pionnier de la Ligue nationale d’improvisation, il est en outre récipiendaire de nombreux prix dont le Chalmers Award pour la meilleure pièce de théâtre pour enfants, « Pleurer pour rire » en 1981, et le Prix Gémeaux « Meilleur acteur » pour « L’Amour avec un grand A : François et Marie », en 1985. Il a reçu le Prix Jutra-Hommage lors de la toute première soirée de ce gala en 1999.

1954 : L’entrée du cirque / Le roi Dagobert / Le carnaval des animaux
1955 : Le roi Dagobert / Barbe bleue / Arlequin, lingère du Palais / La pêche à la baleine

Sources

  • Bioteau, Jean-Marie et Olivier Lasser. Paul Buissonneau ou la vigoureuse impatience. Outremont : Lanctôt Éditeur. 1997, 404 p.
  • Coulombe, Michel et Marcel Jean (dir.). Le dictionnaire du cinéma québécois. Montréal : Boréal. 2006, 821 p.
  • Agence Goodwin, Curriculum vitae de Marcel Sabourin, http://www.agencegoodwin.com/pdf/sabourin-m-fr.pdf (page consultée le 31 août 2007)
  • The Internet Movie Database (IMDb), « Marcel Sabourin », http://www.imdb.com/name/nm0754889/ (page consultée le 31 août 2007).