Vous ne disposez pas d’une version de Flash suffisamment récente pour visualiser cette vidéo. Vous pouvez télécharger la dernière version de Flash ici. Il est également possible que JavaScript ne soit pas activé.

Accueil > Les artisans > Les enfants

Les enfants

Paul Buissonneau parlant des prestations des enfants,
« Ah! La Roulotte », Texte non publié, Fonds Paul Buissonneau, Bibliothèque et Archives nationales du Québec
« Certains numéros d’enfants furent mémorables : des chaussures à claquettes en habits du dimanche, des chanteuses déjà vedettes dans leur secteur comme Ginette Reno, Christine Chartrand et bien d’autres, réclamés par tout le public du parc, ce qui donnait à l’ensemble de la soirée l’effet d’une grande fête de famille »
 

Spectacle de chant au centre sportif Maisonneuve
Archives de la Ville de Montréal
(VM105,SY,SS1,D279)

412, 16, 44, 100, 101, 102, 103, 104, 106, 105, 107, 284, 285, 109, 122, 110, 111, 112, 113, 114, 116, 117, 135, 118, 119, 120, 121

Offrir une tribune à la créativité des enfants, tel était le concept initial de la Roulotte imaginé par Claude Robillard. L’idée de mettre à la disposition des jeunes montréalais une scène ambulante sur laquelle ils pourraient, chanter, danser… en bref, s’éclater, n’est certainement pas étrangère à l’âme d’artiste du gentleman qu’est Robillard ainsi qu’à la part de son esprit encore toute juvénile. C’était toutefois sans compter sur la fougue de Paul Buissonneau qui, chargé du projet dès 1952, concocte la formule plus large qu’on connaît par la suite et qui combine les numéros pour enfants aux pièces montées par sa troupe de comédiens. Pour l’homme de théâtre qu’est Buissonneau, toute seule, une suite de prestations enfantines aux qualités inégales ne serait pas à la hauteur d’un projet aussi inédit que celui de la Roulotte.

Aussi, plutôt que de servir de simple régisseur, Buissonneau – accompagné de ses acteurs – se transforme en pédagogue et enseigne aux enfants, le temps d’un après-midi, comment se produire sur une scène. La routine est toujours la même. Après avoir monté patiemment la Roulotte dans l’un des parcs de la métropole, l’équipe invite les jeunes à auditionner. Les élus du jour sont choisis selon la qualité des numéros et leur originalité. En somme, Buissonneau s’organise pour offrir une diversité de prestations; on veut à tout prix éviter une succession de dix numéros de flûte à bec! Le soir venu, le rideau s’ouvre et les enfants de la Roulotte, tous endimanchés, ponctuent de leurs numéros le spectacle des comédiens, tantôt timides, tantôt avec l’assurance de vrais artistes.