Crédits photos
 
Accueil > Rendez-vous 2012 > Interventions > Anne-Marie Trahan

Rendez-vous 2012

Anne-Marie Trahan

Anne-Marie Trahan

Co-Propriétaire
Galerie Division et l'Arsenal

Biographie

Je suis née et j’habite à Montréal. J’ai une maîtrise en administration des affaires de l’Université McGill. J’ai fait carrière en marketing. Mon parcours professionnel a commencé au sein d’un cabinet-conseil, mais j’ai surtout travaillé en entreprise privée. Je collectionne l’art contemporain depuis mon baccalauréat. Ma passion pour l’art contemporain a grandi avec les années, et aujourd’hui mon mari et moi sommes propriétaires, dans le quartier Griffintown, de L’Arsenal, un centre dévoué à la promotion de l’art contemporain, ainsi que de la Galerie Division, une galerie d’art contemporain ouverte en 2006 et qui, aujourd’hui, fait partie du même complexe.

Intervention

On m’a demandé de présenter notre projet situé dans Griffintown comme modèle de financement privé de la culture à Montréal.

Je vais commencer par décrire L’Arsenal pour ceux et celles d’entre vous qui ne seraient pas encore venus ou qui ne seraient pas au courant de notre projet. L’Arsenal se situe dans un ancien immeuble industriel qui date de 1843. Entre 1843 et 1950, les immeubles et le terrain adjacent composaient le plus grand chantier naval de la côte est nord-américaine.

En 2010 nous avons entrepris des travaux d’envergure de restauration et de rénovation et avons transformé la vocation du site. L’immeuble compte un peu plus que 80 000 pieds carrés et abrite maintenant deux galeries d’art contemporain de niveau international, un musée de type privé, et des grands espaces événementiels avec deux salles multifonctionnelles de plus de 20 000 pieds carrés en sus d’un studio d’artiste et de deux espaces d’expositions permanentes de près de 18 000 pieds carrés. Plusieurs œuvres des collections Majudia et de François Odermatt y sont en évidence.

L’objectif est aussi de montrer plusieurs projets d’art mis sur pied avec différents partenaires tels que des commissaires locaux, des galeries et collectionneurs nationaux et étrangers. La programmation annuelle inclut plus de 25 expositions. Les salles multifonctionnelles accueillent des évènements de tous genres comme, en 2012, La Semaine de la Mode, L’Orchestre symphonique de Montréal, Le Gala d’ouverture de la F1 de Montréal, et d’innombrables soirées de collecte de fonds (Québec Jeune, Leucan, Bal du CHUM, entre autres) ainsi que des évènements corporatifs. Bref, plus de 150 évènements par année attirent près de 150 000 personnes.

Le modèle de L’Arsenal n’existe nulle part ailleurs au monde. Les évènements qui s’y déroulent au milieu d’expositions artistiques invitent des nouveaux publics à s’intéresser à l’art contemporain.

Dans les six premiers mois d’activités, L’Arsenal a généré plus de 200 couvertures médiatiques tant à Montréal qu’ailleurs au Canada, aux États-Unis et en Europe. Le projet est né d’un besoin de promouvoir l’art contemporain d’ici à des nouveaux publics sur les scènes locales et internationales. Il est aussi né de la vision de mon mari de faire de Montréal une destination en art contemporain au même titre que d’autres grandes villes telles que New York, Londres, Berlin et Miami.

Le milieu de l’art contemporain à Montréal a besoin pour se développer d’un plus grand marché local de collectionneur d’art contemporain. On a décidé de montrer notre collection en espérant encourager la collection locale. Nous tentons aussi dans cet espace de montrer des œuvres d’artistes représentés par d’autres galeries montréalaises et ainsi donner un aperçu de l’ensemble de la création artistique locale en art contemporain. Le but premier de la location de salle est aussi d’initier les gens à l’art contemporain plus particulièrement à la collection. C’est pour cette raison que nous encourageons fortement durant l’événement la visite des expositions et l’emplacement d’œuvres dans la salle et que nous offrons même parfois des visites guidées.

Il est impératif de créer un marché local sain afin d’éviter l’exode de nos bons artistes vers des marchés étrangers et ainsi priver le public de leurs présence dans nos galeries et de leurs œuvres dans nos collections.

L’Arsenal est notre proposition pour le soutien et le développement du milieu de l’art contemporain, que l’on espère va se traduire dans un élargissement du marché local de l’art contemporain.

On ne peut cependant y arriver seul. Pour encourager la collection et transformer Montréal sur la scène internationale comme destination en art contemporain, il doit y avoir une conviction, une volonté, un engagement, et une collaboration parmi tous les joueurs, publics et privés. Des mesures fiscales sur le premier achat d’une œuvre, telles qu’on retrouve dans certains pays européens, encourageraient la collection privée. Le livre est exempt de taxes de ventes pourquoi pas aussi l’art contemporain?

  Version imprimable Version imprimable