Crédits photos
 
Accueil > Rendez-vous 2012 > Interventions > Sébastien Barangé

Rendez-vous 2012

Sébastien Barangé

Sébastien Barangé

Artscène

Biographie

Sébastien Barangé s’est joint à CGI en 2011 où il est aujourd’hui directeur des Communications corporatives et des Affaires publiques. À ce titre, il chapeaute les communications stratégiques de la direction de l’entreprise, les relations avec les médias, les stratégies de relations publiques et les services linguistiques de cette multinationale québécoise.

Sébastien Barangé a été journaliste à Radio-Canada et a collaboré au quotidien Le Devoir. Il a par la suite été conseiller de Michaëlle Jean durant son mandat de gouverneure générale du Canada, de 2005 à 2010.

Sébastien Barangé siège au sein de plusieurs conseils d’administration dans les secteurs de l’éducation et de la culture. Il est président d’artsScène Montréal et impliqué avec cet organisme depuis 2011.Pour le site internet du journal Les Affaires, Sébastien Barangé tient un blogue sur les liens arts-affaires.

Sébastien Barangé est diplômé de HEC Montréal et de l’Institut d’Études Politiques (Aix-en-Provence, France).

Intervention

En 2006 Business for the arts / Le monde des affaires pour les arts créait artsScène afin de rapprocher les jeunes professionnels du milieu culturel. À Montréal depuis 2009, artsScène est aujourd’hui présent dans huit villes canadiennes.

Nous agissons autour de trois axes principaux :

  • L’expérience
  • Le conseil
  • Le mécénat

Notre mission c’est de promouvoir l’engagement des jeunes professionnels dans le milieu des arts montréalais, grâce à des activités participatives et de sensibilisation, en les impliquant dans l’art par le bénévolat et la philanthropie. J’insisterai particulièrement sur ce dernier point car en matière de financement privé de la culture il y a urgence d’agir et nécessité de faire appel à de nouvelles formes de financement pour maintenir l’innovation de nos créateurs, l’émergence de talents et le rayonnement de notre métropole.

Tout d’abord : l’expérience

Nous proposons une série de six activités par année intitulée « En coulisses ». Ainsi, une quarantaine de jeunes avocats, comptable, communicants ont découvert, par exemple, l’univers des Ballets Jazz de Montréal en assistant à une répétition de la troupe, en discutant ensuite avec les danseurs, les gestionnaires et les mécènes de la troupe.

Quand on est séduit, on prêt à s’engager un peu plus. En tant que jeune professionnel notre engagement peut commencer par le don de notre expertise. Les organismes artistiques ont besoin de services professionnels en fiscalité, comptabilité, droit, communication, nous pouvons offrir ce type d’expertise.

Au chapitre du conseil, nous proposons donc : « Complice d’affaires » une soirée de speed-dating afin de trouver des administrateurs pour les conseils d’administration des organismes culturels. Mais aussi « artsPitch », soirée qui peut ressembler à l’émission « l’œil du dragon ». Les organismes culturels viennent présenter leur pitch pour du financement et profite ensuite de l’expertise de notre panel constitué de jeunes juristes, fiscalistes, gens de marketing.

Enfin, nous venons de lancer le Club des jeunes mécènes.

L’idée c’est de développer un nouveau modèle qui donne un réel pouvoir d’action aux jeunes mécènes, qui profite directement aux artistes, à la créativité et à l’innovation et qui finalement contribue au développement de notre collectivité et au rayonnement de Montréal.

Chaque jeune mécène donne 500 $. L’objectif étant de constituer chaque année une bourse de 5 000 $ qui sera remise à un organisme culturel selon des critères établis par les jeunes mécènes eux-mêmes. C’est du mécénat pur. Les organismes culturels n’ont pas de formulaire à présenter, il n’y a pas de jury pour évaluer la qualité artistique, il n’y a pas de grille d’évaluation comme au conseil des arts par exemple. Oui, le choix sera subjectif. Tout comme quand un mécène décide de donner de l’argent à un musée, à un artiste, à une salle de concert plutôt qu’à une autre. C’est un choix et aussi une prise de risque.

Cette bourse des jeunes mécènes reflétera qui nous sommes. Elle veut reconnaitre l’innovation, soutenir de jeunes organismes trop nouveaux ou trop petits pour décrocher des bourses ou intéresser les grands mécènes. Sur le modèle des anges financiers, ce qui nous motive c’est de participer à l’éclosion. Il y a l’enthousiasme d’essayer quelque chose de nouveau et l’envie de s’impliquer au-delà même de l’argent donné.

Il n’y a pas de génération spontanée de mécène. C’est une attitude à cultiver. Commençons par donner 500 $. Rapprochons nous du milieu culturel, apprenons à mieux le comprendre. Demain à force de travail et de détermination nous ferons peut-être partie du fameux 1 % et nous donnerons alors 1 % de notre salaire à la culture! Nous le ferons avec conviction, car nous aurons déjà bien compris que c’est plus qu’un don, c’est un investissement qui permet à la créativité de croitre, à notre métropole de rayonner pour le bien de l’ensemble de notre collectivité.

  Version imprimable Version imprimable
 
 
 
© Tous droits réservés, Ville de Montréal