Crédits photos
 

Rendez-vous 2012

Dinu Bumbaru

Dinu Bumbaru

Héritage Montréal

Biographie

Formé en architecture et en conservation à Montréal, Rome et en Angleterre, Dinu Bumbaru travaille depuis 1982 à Héritage Montréal. Une organisation privée réunissant des acteurs économiques, universitaires et associatifs pour mettre en valeur le patrimoine bâti. paysager, mémoriel et naturel des communautés du Québec et de la métropole. Il contribua à développer les collaborations et à moderniser processus et outils formels pour une prise de décision mieux éclairée et un enrichissement authentique du patrimoine montréalais.

Outre son action à Montréal, il agit dans ICOMOS, l'organisation consultative de l'UNESCO pour le patrimoine mondial. Présente dans une centaine de pays, c’est la principale organisation internationale non gouvernementale sur le patrimoine bâti, urbain, paysager et archéologique. Actuel président de son Comité canadien et membre du Comité exécutif international, il en fut Secrétaire Général entre 2002-2008, œuvrant au développement du réseau en Afrique et en Asie et à la reconnaissance du patrimoine paysager, institutionnel ou industriel comme enjeu de l'identité et de la transformation rapide des métropoles comme du rétablissement de sociétés sinistrées.

Intervention

2012, l'année de ce mi-parcours du Plan Montréal Métropole culturelle, marque le 40e anniversaire de la Convention du patrimoine mondial souligné par l'UNESCO sous le thème de l'engagement des communautés.

Le Canada est un des 190 états parties de cette convention, l'une des plus actives des Nations Unies. Cela a permis la reconnaissance de la valeur universelle du Vieux-Québec, du Canal Rideau et du paysage de Grand Pré. D'autres sites sont proposés par le Canada; nous comptons vivement que Montréal soit de la partie afin que son patrimoine distinctif soit dûment reconnu tel que convenu en 2007.

Le patrimoine de Montréal n'est pas étranger à son identité de métropole culturelle ni à son attractivité et rayonnement à l'échelle internationale.

  • Vieux Montréal/Vieux-Port / Pointe du Moulin / Canal de Lachine ne forment-ils pas un des plus vastes ensembles patrimoniaux d'Amérique, témoin vivant de la place de Montréal dans les échanges internationaux des trois derniers siècles?
  • Le parc du mont Royal n'est-il pas la seule œuvre internationale du grand architecte du paysage Frederick L. Olsmsted, concepteur de Central Park à New York?
  • Montréal n'est-elle pas le site d'architectures emblématiques du 20e siècle dont Place Ville-Marie et, surtout, Habitat 67, œuvre de renommée mondiale, legs d'Expo 67 et du centenaire de la Confédération, classée par le Québec?
  • Et que dire de La Main, du fleuve, des clochers, escaliers ou bagels des quartiers de Montréal qui inspirent artistes et créateurs qui rayonnent dans le monde.
  • Les acteurs de Montréal ne sont pas non plus étrangers au développement d'une action internationale en patrimoine. A l'Université de Montréal, des chaires de recherche travaillent avec l'UNESCO sur le patrimoine mondial et les paysages. Même Héritage Montréal a su bâtir un réseau nord-américain et international de collaboration avec Berlin, New York, Buenos Aires ou Séoul sur la reconnaissance, la mise en valeur et l'enrichissement du patrimoine architectural, mémoriel et paysager des métropoles comme élément de leur prospérité durable.

Mais, ce triangle Montréal / Patrimoine/ International reste invisible et méconnu, laissant en friche son potentiel de contribuer au positionnement international de Montréal, métropole culturelle et Ville UNESCO de design.

Dans ce contexte et en prévision des célébrations de 2017 – 375e de Montréal, 150e de la Confédération et 50e d'Expo 67 - et de son 40e anniversaire en 2015, Héritage Montréal examine le projet de doter la métropole d'un lieu qui rende accessible et transmette ce patrimoine dans sa diversité, qui rassemble les expertises d'ici et d'ailleurs pour développer les solutions aux grands défis associés aux dimensions patrimoniales et identitaires du développement des métropoles et qui soutienne les initiatives du milieu.

Ce Carrefour international du patrimoine s'inscrit dans la tendance observée dans d'autres métropoles. Bruxelles, Chicago, Paris ou Toronto ont des « maisons du patrimoine » aux visées surtout locales. À Montréal, nous visons créer un lieu réel de service et de partenariat tourné vers Montréal et son développement autant que vers le rayonnement international de l'expérience montréalaise en développement urbain durable et identitaire.

L'image du Concordia Salus et de ces lieux qui ponctuent et animent la ville, ce Carrefour permettra la rencontre et l'engagement des composantes privées, universitaires, associatives et publiques de la société. Il soutiendra ainsi la mise en œuvre de la nouvelle loi québécoise sur le patrimoine culturel comme de politiques ou de la Convention du patrimoine mondial. Il illustrera les principes d’une revitalisation durable et créative du patrimoine immobilier et urbain. Il soutiendra les partenariats nécessaires à inventer et réaliser des projets comme les promenades métropolitaines.

Bref, ce carrefour donnera pignon sur rue au modèle montréalais. Enfin, en œuvrant auprès d'une diversité de clientèles - citoyens, jeunes, grands investisseurs bâtisseurs, professionnels, touristes, créateurs…, le Carrefour international du patrimoine multipliera les ambassadeurs compétents, convaincus et convaincants au service de Montréal, la métropole culturelle.

Merci de nous donner l'occasion d'y travailler ensemble.

  Version imprimable Version imprimable