Crédits photos
 
Accueil > Rendez-vous 2012 > Interventions > Damian Nisenson

Rendez-vous 2012

Damian Nisenson

Damian Nisenson

Coprésident
DAM (Diversité Artistique Montréal)

Biographie

Compositeur, saxophoniste, réalisateur et comédien originaire d'Argentine, Damian Nisenson a vécu plusieurs années en Europe avant de s'installer à Montréal en 2004.

Dédié depuis 20 ans à l'exploration de son héritage musical juif ashkénaze, il a su créer un univers musical original dans lequel les traditions musicales hassidiques et cantoriales côtoient le free-jazz, le rock et le tango.

Depuis son arrivée à Montréal, Nisenson est très actif dans les milieux des musiques de création, tant comme compositeur-interprète qu’à titre de réalisateur. En 2006, il crée Malasartes Productions, diffuseur et étiquette de disques qui a réalisé en six ans 15 CD de grande qualité pour des artistes de tous âges et d’origines diverses.

Damian Nisenson est coprésident de DAM depuis fin 2008. Sous sa coprésidence, DAM a multiplié son nombre de membres, ses prises de position et les activités d'accompagnement et de formation. Il est aussi membre du conseil d’administration de Culture Montréal et du comité de musique du CAM.

Intervention

Concernant l’image des artistes issus des communautés culturelles, des mythes font surface régulièrement : les artistes immigrants seraient ici pour demander l’aide sociale et faire la sieste... C'est surprenant de voir et entendre cette image régulièrement dans nos rencontres avec des gens pourtant sensibles et intelligents. Non, les artistes immigrants ne sont pas ici à priori pour être entretenus, nous sommes ici pour apporter notre art, notre expérience, notre expertise à la société d’accueil que nous avons choisi, et j’insiste sur ce mot, CHOISI de vivre.

La présence d’un nombre si important d’artistes de toutes origines est une richesse objectivement parlant : les artistes immigrants sont de vrais générateurs de richesse concrète et mesurable en dollars. Et nous devrions être suffisamment intelligents pour faire de la place à des gens qui créent des emplois et des opportunités pour eux-mêmes et pour les autres. Voici un des sens ultimes de la promotion des artistes de la diversité.

Quelques initiatives porteuses que nous, DAM, revendiquons et proposons comme modèle pour justement ouvrir le jeu à cette foule de nouveaux joueurs :

  • Le programme DemArt du Conseil des arts de Montréal qui permet depuis deux ans le jumelage entre un organisme artistique et un artiste issu des communautés culturelles pour que se fasse un travail de direction artistique ou de création selon l’expérience et les compétences de l’artiste invité ;
  • Le concours Mon accès à la scène, un partenariat entre l’arrondissement de Saint-Michel – Villeray-Parc-Extension, le Cirque du Soleil, l’Union des artistes et DAM destiné aux artistes de la relève et de la diversité habitant sur le territoire de l’arrondissement ;
  • La vitrine de Vision Diversité ;
  • le programme Prélude, un partenariat entre le Conseil des arts de Montréal, le Cirque du Soleil et la TOHU.

Ces initiatives ont en commun d’être directes et peu complexes du point de vue bureaucratique. En outre, elles agissent sur le terrain, permettent aux artistes d’être ce qu’ils sont et de faire ce qu’ils font, ce qui n’est pas peu.

À partir de 2010, DAM a entrepris de tisser des liens avec des chercheurs universitaires. Nous avions remarqué le manque d’études sociologiques et statistiques pour soutenir notre discours basé sur des données empiriques. Combien d’artistes immigrants ? Combien d’artistes de première ou de deuxième génération ? Où habitent-ils et où se produisent-ils ? Et ce public potentiel, issu des communautés culturelles et qui fréquente en si petit nombre les maisons de la culture, où vont-ils? Que font-ils ?

Nous avons développé une série d’outils au service des diffuseurs, des producteurs et des artistes qui nous permettent d’avoir une carte plus définie de la présence des artistes et du public issus des communautés culturelles :

  • guides des publics, volets latino-américain et haïtien ;
  • répertoire des artistes de la diversité ;
  • répertoire des organismes qui offrent des services aux artistes issus de la diversité culturelle au Québec.

En conclusion, nous nous réjouissons de voir l’intérêt du privé de participer au financement de l’art et de la culture, mais cette participation, volontaire et bienvenue, ne peut en aucun cas remplacer le devoir des pouvoirs publics de soutenir la création artistique, ce qui équivaut à dire la construction de l’identité d’un peuple, d’une société, d’une nation.

  Version imprimable Version imprimable