Crédits photos
 

Rendez-vous 2012

Vincent Magnat

Vincent Magnat

Président
Regroupement arts et culture Rosemont – Petite-Patrie

Biographie

Vincent Magnat travaille comme comédien depuis quinze ans au théâtre (L’homme assis, Le Révizor, Les ours dorment enfin,…) et à la télévision (Radio Enfer, Cauchemar d’amour, Le club des doigts croisés, …). En 2004, il fonde le Théâtre Galiléo dont il est le directeur artistique et général. Cette compagnie a produit les spectacles Monsieur Malaussène au théâtre et Kamo, l’idée du siècle de Daniel Pennac, créés à Montréal et joués en tournée au Québec et en France. Pour un oui ou pour un non de Nathalie Sarraure sera créé en 2013.

Vincent Magnat est co-fondateur et président du Regroupement arts et culture Rosemont – Petite-Patrie qui vise à valoriser la pratique artistique professionnelle et la vie culturelle dans cet arrondissement de Montréal. Depuis 2011, le Regroupement pilote les Rendez-vous culturels de Rosemont – Petite-Patrie qui rassemblent autour de la question des arts et de la culture tous les intervenants de Rosemont – Petite-Patrie (citoyens, artistes, acteurs socioéconomiques et communautaires, élus et fonctionnaires) pour développer un véritable quartier culturel.

Intervention

Rosemont – Petite-Patrie : un quartier culturel qui s’affirme

Beaucoup d’artistes et d’organismes culturels résident dans Rosemont – Petite-Patrie.

En 2007, j’ai fait partie d’un groupe d’artistes et d’organismes qui ont constitué le Regroupement arts et culture Rosemont – Petite-Patrie, que je préside, et qui compte actuellement plus de 350 membres (artistes et citoyens). Son mandat : valoriser la pratique artistique professionnelle et la vie culturelle dans cet arrondissement.

Fin 2010, nous avons voulu développer une réflexion plus large et rassembler tous les acteurs du milieu pour réfléchir et mettre en action une vision partagée du rôle des arts et de la culture dans notre quartier. Un comité organisateur a été constitué autour du Regroupement arts et culture Rosemont – Petite-Patrie, avec l’arrondissement, la Corporation de développement communautaire (CDC) de Rosemont, la Corporation de développement économique communautaire (CDEC) Rosemont – Petite-Patrie, Culture Montréal, la Caisse Desjardins De Lorimier-Villeray, des artistes et un citoyen.

Six mois plus tard avait lieu le Rendez-vous culturel 2011 : Rosemont– La Petite-Patrie : quartier culturel : une demi-journée de réflexion et d’échanges afin de créer une vision et une dynamique commune du développement culturel du quartier. Près de 150 personnes y ont participé suscitant une véritable effervescence de tout le milieu. Étaient présents les artistes, les travailleurs culturels et communautaires, les commerçants du quartier, les représentants de l’administration municipale, les citoyens et les élus des trois paliers de gouvernement.

Suite à ce succès, nous avons mis en place huit comités de travail sur huit thématiques identifiées lors du Rendez-vous : Espace public; Lieux culturels conventionnels; Médiation culturelle; etc.. Chaque comité devait faire un état des lieux et proposer des recommandations. Plus de 50 citoyens, artistes et intervenants se sont impliqués dans ces comités pendant six mois. Lors du 2e Rendez-vous culturel, en mai 2012, ces recommandations ont été discutées en vue d’élaborer un plan de développement culturel local. Ce sur quoi nous travaillons actuellement.

Cette démarche s’inscrit dans un principe de démocratie culturelle. En partant de ce qui existe dans le milieu, en soutenant les nombreuses initiatives qui se développent déjà au niveau local, on peut avoir un véritable quartier culturel riche, vivant et surtout en lien avec sa communauté.

Ces résultats très positifs ont été possibles grâce à une vaste mobilisation concertée. Concertation est le maître-mot. Il y a une collaboration historique du milieu culturel et du milieu communautaire propre à Rosemont – Petite-Patrie. Par les habitudes de concertation du milieu communautaire, le milieu culturel a pu rassembler autour d’une même table : l’arrondissement, le milieu culturel, le milieu économique, les citoyens, le milieu communautaire…

Nous avons aussi la chance d’avoir avec nous la caisse Desjardins de Lorimier–Villeray. Cette caisse a un important fonds de développement du milieu qui leur permet de soutenir de nombreux projets, en particulier les Rendez-vous culturels.

Ce qui m’amène à une dernière réflexion : le travail que nous avons accompli est remarquable. Nous sommes sur le point de mettre en action les nombreuses idées proposées par les citoyens et le milieu lors des deux dernières années de réflexion et de consultation. Le défi : comment mettre tout cela sur pied alors qu’il n’existe aucun fonds pour des initiatives locales comme la nôtre ? On ne peut pas développer un quartier culturel en ne se basant que sur le bénévolat, en particulier le bénévolat des artistes. Nous souhaitons que la formidable mobilisation lors de la récente consultation publique sur les quartiers culturels et que la deuxième partie du Plan d’action 2007-2017 Montréal, métropole culturelle conduira à soutenir véritablement le développement local des arts et de la culture.

  Version imprimable Version imprimable