Crédits photos
 
Accueil > Rendez-vous 2012 > Interventions > Nathalie Bondil

Rendez-vous 2012

Nathalie Bondil

Nathalie Bondil

Directrice et conservatrice en chef
Musée des beaux-arts de Montréal

Biographie

Nathalie Bondil cumule à la fois les titres de directrice et de conservatrice en chef du Musée des beaux-arts de Montréal. Elle a été nommée directrice du MBAM il y a près de six ans, en janvier 2007, et conservatrice en chef il a y a près de treize ans en 2000. Historienne de l’art de formation, de nationalité canadienne et française, elle est arrivée au musée en 1999 et a agi depuis comme commissaire de plusieurs expositions telles que Hitchcock et l’art : coïncidences fatales, Picasso érotique, L’invitation au voyage : l’avant-garde française de Gauguin à Matisse de la collection du musée de l’Ermitage, Catherine la Grande : un art pour l’Empire, Maurice Denis : le paradis terrestre, Van Dongen : un fauve en ville et ¡Cuba! Art et histoire de 1868 à nos jours et Il était une fois l’impressionnisme//Chefs-d’œuvre de la peinture française du Clark.

Depuis qu’elle dirige le Musée, Nathalie Bondil a rapidement mis sur pied une nouvelle programmation invitant notamment la mode au Musée avec les premières rétrospectives sur Yves Saint Laurent, Denis Gagnon et, en 2011, Jean Paul Gaultier, actuellement en tournée autour du monde. Cette exposition a généré de remarquables retombées médiatiques et touristiques. Elle a introduit la musique au Musée, notamment dans les expositions Warhol Live : la musique et la danse dans l’œuvre d’Andy Warhol, Imagine : la ballade pour la paix de John & Yoko, « We Want Miles ». Miles Davis : le jazz face à sa légende, et Lyonel Feininger : de Manhattan au Bauhaus.

Avec l’agrandissement du Musée, l’ajout du nouveau pavillon d’art québécois et canadien et d’une salle de concert, Nathalie Bondil a entrepris l’étude et le réaménagement de toutes les collections, cultures du monde, maîtres anciens à l’art moderne. Ce musée réinventé, qui compte aussi un important nouveau pavillon d’arts décoratifs et de design et un jardin de sculptures agrandi est accessible à tous. Elle a renforcé la programmation en art contemporain, d’accès toujours gratuit.

En 2012, Nathalie Bondil a initié le réaménagement des nouveaux espaces éducatifs au Musée, les Studios Art & Éducation Michel de la Chenelière, avec l’objectif d’accueillir 100 000 élèves par an à court terme, au lieu de 45 000 actuellement. Le Musée des beaux-arts de Montréal voit son membership exploser avec environ 62 000 membres (soit le plus grand nombre d’abonnements au Canada) et plus de 768 000 visiteurs par an (soit le 2e musée le plus visité au Canada).

En 2008, Nathalie Bondil a reçu les insignes de Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres de la République française, pour souligner son travail à titre de commissaire générale de l’exposition ¡Cuba! Art et histoire de 1868 à nos jours. En juin 2011, elle s’est vu décerner l’insigne du mérite de la Faculté des arts et des sciences de l’Université de Montréal et le titre de chevalière de l’Ordre national du Québec.

Intervention

Dans le cadre du Plan d'action de Montréal Métropole Culturelle en 2007, il était précisé comme l’une des stratégies d’intervention « d’associer les milieux de l’éducation aux stratégies de médiation culturelle par le développement de projets et de partenariats » et que « dans une société ouverte à l’innovation, la culture et les arts doivent faire partie intégrante de la formation scolaire. L’acquisition de compétences culturelles tout au long de la vie devient, au XXIe siècle, une condition nécessaire d’intégration sociale et d’ouverture aux réalités internationales. Elle constitue également un outil privilégié pour contrer le décrochage scolaire. »

L’approche décloisonnée et multidisciplinaire, qui fait la signature du MBAM ici comme à l’international, est aujourd'hui renforcée par sa dimension musicale inédite, avec la nouvelle salle de concert Bourgie et l’ouverture de divers pôles dont l’art québécois et canadien, l’art international, les cultures du monde et le design dont la récente introduction de la mode dans la programmation des expositions, le tout contextualisé dans l’Histoire du monde.

Le Musée a ouvert un grand chantier de l’éducation et veut être une plateforme de rencontre pour rapprocher les milieux de la culture à l'éducation. L’inauguration en septembre 2012 des nouveaux Studios Art & Education Michel de la Chenelière permettra au Musée de doubler ses capacités d’accueil de groupes scolaires passant de 50 000 jeunes à 100 000 élèves d’ici 5 ans, en 2017. Plus que jamais le MBAM souhaite incarner un relais concret entre culture et éducation. La volonté du Musée est également de travailler de concert avec d’autres organismes culturels dans diverses disciplines artistiques afin de créer des journées culturelles éducatives en vue de faire vivre des expériences totales et globales aux jeunes tant en arts visuels qu’en arts de la scène. Des solutions doivent toutefois être identifiées pour y parvenir, aussi simples que… le transport de ces jeunes dans les diverses institutions…

Bien du chemin reste à parcourir pour rejoindre davantage de clientèles scolaires et universitaires, familiales et communautaires. Les objectifs sont ambitieux pour le Musée : j’espère qu’ils le seront tout autant pour le plan d’action des ministères de la Culture et de l’Éducation, afin de mieux promouvoir les arts, mais surtout l’histoire, auprès des écoliers. Cet enseignement sur les bancs d’école est plus que prioritaire. Ce n’est pas une volonté portée par une idéologie sectaire, mais bien par la nécessité de fournir des référents culturels et des outils d’objectivation contre l’aliénation médiatique qui nous submerge. Après tout, le rôle d’un musée est d’abord de conserver pour transmettre. Nous disposons dorénavant davantage d’outils efficaces pour promouvoir, au-delà de la collection, plus que l’histoire de l’art : une histoire essentielle et fondatrice.

  Version imprimable Version imprimable