Logo - Musée de Lachine
Recevez des nouvelles du Musée de Lachine
Nous joindre
1, chemin du Musée
Lachine (Québec)
H8S 4L9
514 634-3478
Courriel
Direction
Accueil > Expositions > Expositions antérieures > Pour ou contre l'art abstrait
  Version imprimable Version imprimable

Expositions antérieures

Pour ou contre l’art abstrait ?

Du 8 juin au 15 décembre 2002
Du 2 avril au 17 août 2003

Œuvres de Yves Gaucher, John Heward, Jacques Hurtubise, Fernand Leduc, Serge Lemoyne, Jean McEwen, Françoise Sullivan, Claude Tousignant, Pierre‑Léon Tétreault et Françoise Tounissoux.

Pierre-Léon Tétreault
Pierre-Léon Tétreault, Éveil de Shakti , 1982
Claude Tousignant, Trois quadrangles, 1957-1990

Montréal – arrondissement de Lachine, le jeudi 30 mai 2002 - Encore aujourd’hui, plus de 50 ans après son émergence dans l’histoire de l’art du Québec, la peinture abstraite ou « non figurative » déroge aux attentes du grand public. S’agit-il d’une rencontre impossible?

Reconnue par un public averti qui en apprécie les qualités, la peinture actuelle provoque des réactions de perplexité et d’incertitude, voire de rejet de la part d’un grand nombre d’individus. Quelle est donc la fonction de l’art? Quel est le rôle de l’artiste aujourd’hui?

L’exposition conçue sous le mode interrogatif, s’adresse d’abord à tous ceux que l’art abstrait déroute. Un parcours en sept étapes propose d’entraîner le visiteur au‑delà de ses premières hésitations vers une lecture guidée des oeuvres. Le Musée entend ainsi faire de ce contact avec la peinture non figurative un moment de plaisir tout autant qu’une expérience dynamique et stimulante.

L’exposition Pour ou contre l’art abstrait? réunit une dizaine de tableaux majeurs de la collection du Musée et donne un aperçu des recherches picturales parmi les plus marquantes ayant été menées au Québec durant les dernières décennies. Elle saura donc également satisfaire les attentes des visiteurs déjà initiés à l’art actuel.

Le Musée de Lachine veut provoquer la discussion, encourager la réflexion. L’exposition s’inscrit comme un lieu où convergent les questionnements des artistes et ceux des regardeurs. Le musée peut-il favoriser cet échange? À vous de répondre.

 
 
© Tous droits réservés, Ville de Montréal