Logo - Musée de Lachine
Recevez des nouvelles du Musée de Lachine
Nous joindre
1, chemin du Musée
Lachine (Québec)
H8S 4L9
514 634-3478
Courriel
Direction
Accueil > Expositions > Expositions antérieures > Mémoire de 1955 ou 2925 Roberval
  Version imprimable Version imprimable

Expositions antérieures

Mémoire de 1955 ou 2925 Roberval (suite)

Du 27 mai au 27 septembre 2002

Sculpture grand format de Pierre LeBlanc

Exposition présentée dans la Dépendance

 Pierre LeBlanc, Mémoire de 1955 ou 2026 Roberval
Pierre LeBlanc, Mémoire de 1955 ou 2026 Roberval (suite), 1993


Montréal, arrondissement de Lachine, le lundi 17 juin 2002 - Pierre LeBlanc est établi dans la région des Laurentides depuis 1974. Il y a réalisé de nombreux projets d’art public de même que dans les régions de Montréal et de Lanaudière. Dans l’œuvre Mémoire de 1955 ou 2026 Roberval (suite), sa relation avec le territoire se manifeste de façon toute personnelle puisque cette sculpturerelate les souvenirs de son enfance vécue dans un quartier aujourd’hui disparu.

Réalisée en 1993, l’œuvre Mémoire de 1955 ou 2026 Roberval (suite) a d’abord été présentée à la Maison Hamel-Bruneau, à Sainte-Foy, lors de l’exposition Espaces privés. Elle a par la suite été installée sur le site extérieur de la Fondation Derouin à Val-David, à l’été 1996, avant d’être exposée au Musée de Lachine dans le cadre de l’exposition Livres ouverts, face cachée/Oeuvres de Pierre LeBlanc au printemps 2002. La résidence prolongée de cette œuvre, au-delà de la durée initiale de cette exposition, a sa raison d’être : elle renouvelle la lecture des oeuvres de cet artiste dans la collection du Musée. Mentionnons que cette sculpture d’acier fait directement écho à l’œuvre Souvenir de 1955 ou 2026 Roberval, installée dans le parc René-Lévesque.

Ainsi, il est suggéré de prendre le temps de parcourir le Musée plein air, d’explorer les jardins du Musée avant de transiter par le bâtiment historique où est enclos Mémoire de 1955 ou 2026 Roberval (suite). Il sera alors possible d’observer les différents aspects de la relation que Pierre LeBlanc entretient avec l’espace. De simple lieu d’ancrage, l’aire de présentation de ses sculptures devient parfois partie intégrante de l’œuvre. C’est le cas notamment de Pont d’Arles en transfert, installée sur le site du Musée, et de Signal pour Takis, installée dans le Musée plein air. En ces lieux, les œuvres opèrent en résonance avec le territoire avec lequel elles font corps.

En présentant dans un édifice patrimonial, Mémoire de 1955 ou 2026 Roberval (suite), le Musée de Lachine contribue à renforcer l’impact de l’œuvre. La proximité du quartier Côte Saint-Paul auquel Pierre LeBlanc réfère dans cette sculpture et le mandat de conservation du Musée appuient également le propos de l’œuvre.

L’exposition a été réalisée avec le soutien financier du ministère de la Culture et des Communications du Québec et du Conseil des Arts du Canada.

 

 
 
© Tous droits réservés, Ville de Montréal