COVID-19
Montréal est au palier alerte maximale. S'informer

Plan d'urbanisme Plan d'urbanisme Plan d'urbanisme
Plan d'urbanisme
 
Télécharger le Plan d'urbanisme
Télécharger cet extrait du plan
Plan d'urbanisme > Partie I > Chapitre 2 > 2.7 > Objectif 18 > Action 18.1 - 2/2
  Version imprimable Version imprimable
Plan d'urbanisme
FermerImprimer l'encadré

La politique d’atténuation du bruit

Le bruit en milieu urbain contribue à dégrader la qualité de l’environnement. Il représente une nuisance considérable pouvant avoir des effets négatifs sur la santé. Les niveaux de bruit peuvent perturber le sommeil et augmenter le stress. Deux grandes catégories de bruit constants ou intermittents se distinguent : le bruit mobile (circulation routière et aérienne) et le bruit fixe de sources industrielle, commerciale ou résidentielle.

La Ville compte préciser les mesures adéquates au sein d’une politique d’atténuation du bruit, particulièrement dans les milieux de vie et aux abords des établissements scolaires et hospitaliers.

À titre d’exemples, voici quelques mesures généralement appliquées :

  • prévoir une isolation et une fenestration adéquates;
  • favoriser la réduction de la vitesse par une signalisation appropriée, une réduction de la largeur de la chaussée, un aménagement paysager de qualité et une modification de la surface de roulement;
  • aménager une zone tampon sous forme de plantation d’arbres ou de talus antibruit;
  • mettre en place un écran sonore ou un mur antibruit;
  • mettre en place un écran absorbant le bruit à même les murs de soutènement des corridors routiers ou autoroutiers construits en dépression;
  • orienter le bâtiment et adapter la disposition des pièces en fonction de la source du bruit.

La Ville compte élaborer cette politique en concertation avec le ministère des Transports du Québec ainsi que les différentes sociétés et entreprises de transport de marchandises, notamment le Canadien Pacifique et le Canadien National, la Société du port de Montréal et Aéroports de Montréal.

Moyens de mise en œuvre

  • Élaborer et mettre en œuvre la Politique d’atténuation du bruit en milieu urbain.
  • Mettre en place un comité de concertation avec le ministère des Transports du Québec ainsi que les différentes sociétés et entreprises de transport de marchandises, notamment le Canadien Pacifique et le Canadien National, la Société du port de Montréal et Aéroports de Montréal, pour limiter les nuisances sonores dans les milieux de vie résidentiels.
  • Mettre en place des mesures d’atténuation du bruit le long de corridors autoroutiers et ferroviaires dans les secteurs résidentiels, en partenariat avec le ministère des Transports et les sociétés ferroviaires.
  • Mettre en place des mesures d’atténuation des nuisances liées au bruit, aux odeurs et aux poussières aux abords des infrastructures de gestion des matières résiduelles, des chutes et des sites de dépôts de neiges usées.
  • Canaliser la circulation de transit sur les grandes artères et mettre en place des mesures d’apaisement de la circulation dans les secteurs résidentiels.
  • Exiger des promoteurs, dans les projets résidentiels aux abords de sources de nuisances reconnues, la mise en place, à leurs frais, de mesures d’atténuation appropriées selon la nature et l’intensité de ces nuisances.
  • Localiser les infrastructures de gestion des matières résiduelles et de dépôt des neiges usées, ainsi que les entreprises susceptibles de créer des nuisances environnementales, à l’intérieur des secteurs d’emplois à caractère industriel.
  • Favoriser, à l’aide d’un programme destiné aux entreprises dont les activités génèrent des nuisances d’odeurs, l’adaptation de leurs procédés de fabrication afin que les émissions atmosphériques de ces entreprises respectent les normes environnementales du règlement en vigueur.
  • Soutenir, à l’aide d’un programme, le déménagement d’entreprises dont les activités créent des nuisances très importantes dans les milieux de vie.

La mise en place de mesures d’apaisement de la circulation

L’utilisation accrue du réseau de rues locales et la vitesse élevée des véhicules nuisent à la sécurité, au bien-être et à la quiétude de la population des milieux résidentiels. Le recours à des mesures d’apaisement de la circulation permet de réduire ces effets nuisibles. Leur mise en place relève des arrondissements.

La canalisation de la circulation de transit vers les grandes artères permet de réduire le volume de véhicules dans les rues résidentielles. De plus, différentes mesures peuvent être utilisées afin de diminuer la vitesse des véhicules :

  • une signalisation appropriée;
  • la réduction de la largeur de la chaussée et l’élargissement des trottoirs;
  • l’intégration d’un aménagement paysager dans la chaussée ou les trottoirs;
  • la modification de la surface de roulement;
  • l’élimination du sens unique de la circulation de certaines rues;
  • la modification du sens de la circulation en vue de briser la continuité de certaines rues.
Page précédente Page suivante