Gestion financière
Accueil > Droits sur les mutations immobilières
  Version imprimable Version imprimable

Droits sur les mutations immobilières

Un droit de mutation immobilière est une somme d'argent exigible sur le transfert d’un immeuble. C’est l’acheteur de l’immeuble qui est tenu au paiement des droits de mutation. S’il y a plusieurs acheteurs, ils sont solidairement tenus au paiement de ces droits. Toutes les municipalités doivent percevoir un droit de mutation sur le transfert de tout immeuble situé sur son territoire. (Loi concernant les droits sur les mutations immobilières, RLRQ, c. D-15.1)

Les droits sur les mutations immobilières sont imposés lors de l'acquisition d'un immeuble; ils sont payables en un seul versement.

Lors d'un transfert de propriété, la Ville de Montréal ne réémet pas de comptes de taxes foncières. Il est de la responsabilité du nouveau propriétaire de s'assurer que les taxes municipales dues sont acquittées. 

Base d'imposition

La base d'imposition correspond au montant le plus élevé parmi les trois montants suivants :

  • Le montant réellement payé pour le transfert de l'immeuble (n'incluant pas la TPS et la TVQ)
  • Le montant de la contrepartie1stipulé pour le transfert de l'immeuble (généralement, il s'agit du montant inscrit dans l'acte de vente)
  • Le montant de la valeur marchande au moment du transfert de l'immeuble (valeur inscrite au rôle d'évaluation multipliée par le facteur comparatif de l'exercice correspondant à la date de transfert)

1 Sont notamment considérés comme une contrepartie, l’un ou l’autre des éléments suivants :
- la valeur de tout bien fourni à l'occasion du transfert
- le prix indiqué dans le contrat
- les privilèges, les hypothèques et les autres charges gravant l’immeuble

Facteur comparatif

Si l'imposition s'effectue sur la base de la valeur marchande au moment du transfert, il faut multiplier la valeur inscrite au rôle d'évaluation par le facteur comparatif de l'exercice correspondant à la date du transfert.

Les facteurs comparatifs de la Ville de Montréal pour les exercices suivants sont :


Exercice

Facteur comparatif

2016 1,03
2015 1,02
2014 1,00
2013 1,14
2012 1,08
2011 1,00
2010 1,19

Calcul du droit sur les mutations immobilières

Le calcul du droit est effectué conformément aux paramètres suivants :

Tranche de la base d'imposition

Taux

Qui n'excède pas 50 000 $

0,5 %

Qui excède 50 000 $ sans excéder 250 000 $

1,0 %

Qui excède 250 000 $ sans excéder 500 000 $

1,5 %

Qui excède 500 000 $ sans excéder 1 000 000 $

2,0 %

Qui excède 1 000 000 $

2,5 %

Voici un exemple de calcul avec une base d'imposition de 560 000 $:

On multiplie 50 000 $ par 0,5 %

=

250 $

On multiplie ensuite 200 000 $ par 1,0 %

=

2 000 $

Puis, on multiplie 250 000 $ par 1,5 %

=

3 750 $

Enfin, on multiplie 60 000 $ par 2,0 %

=

1 200 $

Donc, pour une base d'imposition de
560 000 $, le total du droit sera de


:

 
7 200 $

Voici un exemple de calcul avec une base d'imposition de 1 100 000 $:

On multiplie 50 000 $ par 0,5 %

=

250 $

On multiplie ensuite 200 000 $ par 1,0 %

=

2 000 $

Puis, on multiplie 250 000 $ par 1,5 %

=

3 750 $

Puis, on multiplie 500 000 $ par 2,0 %

=

10 000 $

Enfin, on multiplie 100 000 $ par 2,5 %

=

2 500 $

Donc, pour une base d'imposition de
1 100 000 $, le total du droit sera de


:

 
18 500 $

 

Modifications de la Loi concernant les droits sur les mutations immobilières

Le 18 mars dernier, au lendemain du discours sur le budget 2016-2017 du ministre des Finances provincial, sont entrées en vigueur différentes modifications législatives relatives à la Loi concernant les droits sur les mutations immobilières qui traitent notamment des aspects suivants:

  • exonération relative aux transferts d’immeuble entre ex-conjoints de fait;
  • exonération relative aux transferts entre personnes morales étroitement liées;
  • exonération relative aux transferts entre personne physique et personne morale;
  • mise en place d’un mécanisme de divulgation des transferts d’actions;
  • mise en place d’un mécanisme de divulgation des transferts d’immeuble qui ne sont pas inscrits au bureau de la publicité des droits;
  • exonération relative aux transferts impliquant des organisations internationales.

Pour plus de détails concernant ces modifications, nous vous invitons à prendre connaissance du Budget 2016-2017 en visitant le site : budget.finances.gouv.qc.ca .

Les contribuables qui ont l’obligation d’effectuer une divulgation de transfert d’actions ou de transfert d’immeuble peuvent communiquer avec nous à l’adresse suivante : divulgationmutations@ville.montreal.qc.ca .


Formulaires de divulgation : 

 

Exonération

Un acquéreur peut être exonéré du paiement du droit de mutation dans les cas prévus par la Loi concernant les droits sur les mutations immobilières, RLRQ, c. D-15.1. Le notaire doit inscrire une mention dans l’acte de vente (ou acte de transfert), afin que l’acquéreur bénéficie de l’exonération du droit de mutation selon les cas prévus à la loi.

Principales situations justifiant une exonération :

  • Transfert en ligne directe, ascendante ou descendante; (vente du père au fils; de la grand-mère à sa petite fille);
  • Lorsque le cédant est une personne physique et le cessionnaire est une personne morale dont au moins 90% des actions, émises et ayant plein droit de vote, sont la propriété de ce cédant;
  • Transfert entre conjoints, qu’ils soient mariés ou conjoints de fait (tels que définis dans la Loi concernant les droits sur les mutations immobilières). Les conjoints de même sexe sont inclus dans cette disposition de la loi. 

À noter que depuis le 18 mars 2016, pour bénéficier de l'exonération, les conjoints de fait qui se séparent en raison de l'échec de leur union, disposent de 12 mois après leur séparation pour effectuer le transfert. Passé ce délai, le transfert ne sera pas exonéré. Les conjoints mariés disposent, quant à eux, de 31 jours après la date du jugement de divorce pour effectuer le transfert si le jugement de divorce n'attribue pas à l'un ou l'autre des époux la propriété de l'immeuble.

Plusieurs autres situations d’exonération sont prévues par la Loi.

 

Droit supplétif

Le droit supplétif est une forme de compensation des droits de mutation facturés aux acquéreurs dont la transaction est exonérée.

La Loi concernant les droits sur les mutations immobilières – RLRQ, c. D-15.1) fixe le montant des droits supplétifs en fonction des valeurs transférées :

Valeur de la propriété

Montant à payer

Immeuble de moins de
5 000 $

Aucun droit

Immeuble de 5 000 $ à moins de 40 000 $

Droit supplétif équivalent au droit de mutation (0,5 %)

Immeuble de 40 000 $ et plus

200 $

 

Remboursement - Programme d'accession à la propriété

En vertu du programme d'accession à la propriété pour les familles, la Ville de Montréal peut accorder un remboursement des droits sur les mutations immobilières, à la demande des nouveaux propriétaires et sous réserve de certains critères d'admissibilité. Les contribuables qui souhaitent davantage d'information sur ce programme et les modalités de remboursement peuvent consulter le site Internet Habiter Montréal.

(Date de mise à jour : 24 mars 2016)

Si vous désirez obtenir des renseignements supplémentaires, n'hésitez pas à utiliser l'un ou l'autre des moyens de communication mis à votre disposition, que ce soit :

  1. dans votre arrondissement;
  2. par téléphone : 311 (île de Montréal) ou 514 872-0311 (extérieur de l'île);
  3. par courrier électronique.

Les renseignements présentés sur ce site sont offerts à titre informatif seulement et ne peuvent être considérés comme des opinions juridiques de la Ville de Montréal. De plus, les textes des lois et règlements diffusés sur ce site n’ont qu’une valeur administrative et bien que des efforts soient faits pour assurer leur mise à jour, ces textes peuvent avoir été l’objet de modifications n’ayant pas été mises en ligne. Une vérification des sources officielles est donc essentielle avant tout usage de ces textes à des fins professionnelles.

 
 
© Tous droits réservés, Ville de Montréal