Blogue

8 décembre 2017

Deux lauréates, une belle complicité: prix Pierre-Ayot et Louis-Comtois

Bravo aux artistes Celia Perrin Sidarous et Sophie Jodoin, respectivement lauréates des prix Pierre-Ayot et Louis-Comtois! Témoins de la vitalité et de l’audace de l’art contemporain montréalais, ces deux prix sont le fruit d'un partenariat étroit entre la Ville de Montréal et l’Association des galeries d’art contemporain (AGAC)

Celia Perrin Sidarous, Prix Pierre-Ayot

Destiné aux artistes de la relève, le Prix Pierre-Ayot a été remis à Celia Perrin Sidarous, dont la pratique photographique et installative est étroitement liée à la nature morte, caractérisée par la rencontre d’images et d’objets trouvés, assemblés à la manière d’un collage. Les membres du jury ont reconnu qu’il s’agissait d’une approche d’une grande finesse, tant sur le plan de la composition savamment étudiée que du point de vue des dispositifs de présentation empruntés. Ce prix est accompagné d’une bourse de 5 000 $.

Outre la lauréate, les finalistes du Prix Pierre-Ayot étaient Simon Belleau et Andréanne Godin. Découvrez les finalistes.

Sophie Jodoin, Prix Louis-Comtois

Pour sa part, Sophie Jodoin a reçu le Prix Louis-Comtois soulignant la qualité de la production d’un artiste dont la carrière est établie. Il lui a été remis pour sa manière soutenue d’intégrer dans des installations des éléments dessinés et textuels qui interrogent les régimes invisibles de pouvoir s’exerçant sur les corps, dans la vie sociale et intime d’univers féminins. Empreinte d’une grande sobriété, son œuvre se fait saisissante, souligne le jury. Une bourse de  7 500 $ a été remise à la lauréate.

Pour le Prix Louis-Comtois, les deux autres finalistes étaient Dominique Pétrin et Karen Tam. Découvrez les finalistes.

Jury

La sélection des lauréates a été réalisée par un jury composé de Caroline Andrieux, fondatrice et directrice générale et artistique de la Fonderie Darling, de Marie-Ève Beaupré, conservatrice responsable de la Collection du Musée d’art contemporain de Montréal, de Marie-Ève Charron, critique d’art au quotidien Le Devoir et commissaire indépendante, de Clément de Gaulejac, artiste et auteur, ainsi que d’Anne Philippon, conservatrice adjointe à la galerie de l’UQAM.

Avantages associés aux prix

La Ville fera l’acquisition d’une œuvre de chaque lauréate pour la collection municipale. Celles-ci disposeront aussi d’un cachet d’exposition de 2 500 $ pour défrayer l’organisation d’une exposition sur le territoire montréalais.