Blogue

6 mai 2015

Alain-Martin Richard réalisera une œuvre de mémoire au parc du Complexe environnemental Saint-Michel

Alain-Martin Richard signera la première œuvre intégrée au parc du Complexe environnemental Saint-Michel en 2017 dans le cadre de travaux d’aménagement d’envergure marquant le 375e anniversaire de la Ville de Montréal. L’artiste de Québec réalisera, avec la collaboration de la communauté, une œuvre de mémoire, qui, par son caractère singulier, valorisera l’histoire du site et la qualité des aménagements.

L’œuvre permanente sera réalisée puis installée dans le parc à la suite d’une série d’actions déployées sur plusieurs mois dans la communauté de Saint-Michel auprès de différents groupes de citoyens. Par cette manœuvre intitulée « Trou de mémoire », Alain-Martin Richard souhaite recueillir des souvenirs et raviver la mémoire collective des résidents du quartier dont l’histoire est intimement liée aux activités de l’ancienne carrière Miron. Son objectif est de combler le trou de mémoire par une œuvre que les résidents pourront s’approprier.

Tout au long du projet, l'artiste collaborera avec l'équipe de conception du Bureau d'art public et de la Direction des grands parcs, du verdissement et du Mont-Royal pour la réalisation et l'intégration de l'œuvre d'art à l'aménagement du parc du CESM. L’artiste a été choisi le 16 mars dernier à la suite d’un concours sur invitation parmi les cinq finalistes suivants : Adaptive Actions, Caroline Boileau, Sandra Lachance et Raphaëlle de Groot. Le jury réunissait Danyèle Alain (directrice 3e Impérial), Julie Bélisle (historienne de l’art), Steve Bilodeau-Balatti (architecte-paysagiste, Ville de Montréal), Mireille Cliche (chef de division, arrondissement de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension), Ève Dorais (commissaire indépendante), Stéphane Lavoie (directeur général de la TOHU) et Isabelle Riendeau (chargée de projets, Ville de Montréal).

Artiste de la manœuvre et de la performance, Alain-Martin Richard a présenté ses travaux en Amérique du Nord, en Europe et en Asie. Il poursuit en parallèle un travail de commissaire, de critique et d’essayiste et est toujours actif avec Les Causes perdues et Folie/Culture.