Entente sur le développement culturel de Montréal

Partager

Axe 1 : Mise en valeur du patrimoine

La mise en valeur et la préservation du patrimoine de Montréal occupent une large part de l’Entente sur le développement culturel de Montréal. Des projets porteurs sont réalisés dans le site patrimonial de Montréal (Vieux-Montréal), dans le site patrimonial du Mont-Royal et ailleurs dans l’agglomération de Montréal.

Quatre principales mesures

Sur ces trois territoires, quatre principales mesures s’appliquent :

La restauration des biens avec statut juridique

La restauration des biens avec statut juridique, que ce soit dans le site patrimonial de Montréal, dans le site patrimonial du Mont-Royal ou ailleurs dans l’agglomération de Montréal, permet d’alléger les obligations financières auxquelles la Loi sur le patrimoine culturel soumet les propriétaires d’immeubles résidentiels ou institutionnels possédant un statut juridique. En effet, cette mesure leur apporte un soutien financier et technique dans leurs travaux de restauration afin que ceux-ci soient conformes aux exigences de la loi. Ce soutien assure une protection accrue du patrimoine bâti à valeur exceptionnelle.

Les fouilles, la protection et la mise en valeur des vestiges archéologiques

Qu’ils soient amérindiens ou euroquébécois, les vestiges archéologiques montréalais sont d’une grande richesse. Ils témoignent des usages commerciaux, religieux et militaires des anciens habitants de Montréal. Pour la Ville et le Ministère, il est primordial de poursuivre les fouilles archéologiques ainsi que d’assurer la protection et la mise en valeur de ces vestiges. Dans cette perspective, les partenaires de l’Entente proposent d’intervenir sur les plans suivants :

  • Apporter une aide financière à la réalisation d’études de potentiel et à des interventions archéologiques ponctuelles dans le contexte de la mise en œuvre de projets de construction et d’aménagement sur les propriétés publiques et privées de l’agglomération de Montréal.
  • Appuyer les activités de l’École de fouilles de l’Université de Montréal sur le lieu de fondation de Montréal.
  • Rédiger un plan directeur concernant la mise en valeur et l’interprétation du patrimoine archéologique du site patrimonial de Montréal.
  • Participer au bon maintien, au développement et à la mise en valeur de la réserve des collections archéologiques de la Ville de Montréal, laquelle comporte plus de 3500 caisses d’objets archéologiques et plus de 9 000 objets dans sa collection de référence.

La recherche et la promotion sur les patrimoines et les projets de l’Entente

Pour les partenaires de l’Entente, il est fondamental de faire connaître et de faire apprécier à sa juste valeur la richesse historique exceptionnelle du site patrimonial de Montréal (Vieux-Montréal), du site patrimonial du Mont-Royal et des lieux patrimoniaux situés ailleurs dans l’agglomération de Montréal, et ce, tant auprès de spécialistes que de l’ensemble de la population.

Les partenaires de l’Entente ont donc convenu de bonifier le contenu du site Internet officiel du Mont-Royal et de soutenir la réalisation d’études qui affineront leurs connaissances du patrimoine de l’agglomération de Montréal. Avec la plus grande rigueur, les partenaires mènent des actions de promotion et de diffusion du patrimoine et de l’histoire, en plus de produire des outils de communication appropriés, le tout afin de faire connaître les réalisations majeures de l’Entente.

Des projets porteurs

Le site patrimonial de Montréal (Vieux-Montréal)

Défini par décret en 1964 et agrandi en 1995, le site patrimonial de Montréal englobe la partie autrefois fortifiée de la ville de Montréal, de même que des parcelles des anciens faubourgs, le secteur de la pointe à Callière et le Vieux-Port.

La Ville et le Ministère poursuivent la mise en valeur et la conservation du site patrimonial de Montréal grâce à des projets porteurs.  

La conservation et la restauration du Vieux-Séminaire-de-Saint-Sulpice

L’intérêt patrimonial du site du Vieux-Séminaire-de-Saint-Sulpice, dont la construction remonte à 1684, est indéniable. C’est pourquoi les partenaires de l’Entente poursuivent la mise en application du Plan de conservation et de restauration du site du Vieux-Séminaire-de-Saint-Sulpice, qui vise les aspects architecturaux, paysagers et archéologiques de cet ensemble. La restauration des éléments essentiels au maintien de sa cohésion et à son intégration à la culture contemporaine est privilégiée.

Des lieux publics distinctifs

La Ville et le Ministère investissent dans la mise à niveau et le réaménagement de certains lieux phares du site patrimonial de Montréal, en prévision des célébrations du 375eanniversaire de la fondation de la ville :

  • Le Champ-de-Mars — La dernière phase d’aménagement prévoit la restauration et la rénovation des éléments constituant les grandes composantes du Champ-de-Mars, soit l’esplanade de granite, le champ de parade, la promenade, le belvédère et les escaliers menant à la place Vauquelin, l’accès véhiculaire longeant le nouveau palais de justice, le talus entre le champ de parade et la rue Saint-Antoine ou la rue Gosford, de même que le réaménagement des circulations piétonnes.
  • La place Vauquelin — Elle sera entièrement réaménagée, ainsi que les trottoirs bordant les immeubles de la Cité administrative, soit l’hôtel de ville et l’immeuble Lucien-Saulnier, en continuité avec le Champ-de-Mars, et ce, afin de redonner à cet ensemble un cadre de prestige.
  • La rue Saint-Paul — Le réaménagement de cette rue, entre les rues Berri et McGill, favorisera un meilleur partage piéton-auto en priorisant le confort et la sécurité des déplacements piétonniers.
  • La Ville et le Ministère conviennent de compléter le plan lumière du site patrimonial de Montréal, en vue de mettre davantage en valeur ses immeubles et ses rues par une ambiance lumineuse adaptée.

Le site patrimonial du Mont-Royal

Le mont Royal, familièrement appelé « la montagne », constitue depuis toujours un repère visuel fort et un lieu identitaire chargé de mémoire. Son territoire comprend trois sommets : le mont Royal, Outremont et Summit. On y trouve une forte concentration de lieux et d’institutions intimement liés à la vie et à l’évolution de la société québécoise, dont les universités de Montréal et McGill, des collèges et des centres hospitaliers, quatre cimetières, sans compter le parc du Mont-Royal, créé en 1876 par la Ville de Montréal selon les plans du célèbre architecte paysagiste Frederick Law Olmsted.

L’Entente vient appuyer le Plan de protection et de mise en valeur du Mont-Royal (2009) en finançant à près de 5 M $ des interventions de diverses natures.

Œuvre d’art public

La Ville et le Ministère marqueront le coup avec la conception d’une grande œuvre d’art public. L’emplacement et la nature de l’œuvre restent à déterminer.

Aménagement des espaces verts

Dans l’optique d’une mise en valeur des espaces verts de la montagne, la Ville et le Ministère conviennent:

  • De terminer la restauration du secteur de la Maison Smith, lieu principal d’accueil des visiteurs du Mont-Royal, considérant que le verdissement des espaces de stationnement est la pièce maîtresse de ce réaménagement.
  • De réhabiliter le secteur du monument McTavish, qui comporte un ancien réservoir de Haut-Niveau, qui date de 1873, et le monument McTavish, lieu de sépulture privé rendant hommage à Simon McTavish, fondateur de la Compagnie du Nord-Ouest.
  • D’aménager le secteur du Chalet et de l’escalier de l’escarpement, de même que de mettre en valeur l’escarpement.

 

Chemin de ceinture et amélioration de l’accès au parc

Le projet de chemin de ceinture, qui comprend six tronçons, s’étend sur une dizaine de kilomètres. Il traverse plusieurs propriétés institutionnelles et facilite l’accès des citoyens à la montagne. Il vise à relier des sites de qualité exceptionnelle, à induire l’amélioration de lieux de moindre qualité et à donner accès au versant ouest du mont Royal tout en magnifiant le caractère de la montagne. Dans une perspective de développement durable, ce projet permet également de consolider les milieux naturels, de contrôler les espèces envahissantes qui amoindrissent la biodiversité et de gérer les eaux de surface en fonction d’objectifs fonctionnels, écologiques et paysagers. Dans le cadre de la présente Entente, la Ville et le Ministère comptent finaliser les derniers tronçons du chemin de ceinture et poursuivre la mise en place d’une signalisation adéquate aux entrées principales du parc.

La saine gestion des milieux naturels

Dans l’objectif de continuer leur saine gestion des milieux naturels du Mont-Royal, la Ville et le Ministère poursuivent l’application du programme pour le maintien et le rehaussement de la biodiversité. À cet effet, le Sommet du Mont-Royal, qui s’est tenu en juin 2013, a été l’occasion de faire le bilan des réalisations des dernières années et de trouver des pistes de solution pour assurer la protection de la montagne.

L’agglomération de Montréal

La préservation du patrimoine à l’échelle de l’agglomération de Montréal pose des défis constants. C’est pourquoi les partenaires de l’Entente y investissent pour réaliser des interventions dans les secteurs généraux précédemment définis (la restauration des biens avec statut juridique, les interventions archéologiques, les activités de recherche et de promotion, la conservation et la mise en valeur des biens patrimoniaux municipaux) sont menées dans les 16 municipalités de l’agglomération de Montréal, notamment sur le territoire de la Ville de Montréal.