Un site Web de la Ville de Montréal
Vivre ma ville
Inauguration du pont Jacques-Cartier

Photo parfaite

Portrait de photographe
Publié le
18 juin 2018
Même s’il a travaillé sur des productions hollywoodiennes grâce à son bac en animation 3D, Simon Lachapelle a peu à peu délaissé cet univers pour se concentrer davantage sur la photo, qu’il bichonne autant qu'un film.

Il revient d’un voyage sur la côte Ouest américaine, où il a peu dormi, peu mangé, mais beaucoup photographié. Étant le genre de personne à planifier dans les moindres détails ses expéditions, il a fait deux heures de route et 3 kilomètres à pieds, dans le noir, simplement pour capter les étoiles de La Vallée de la Mort.

Ce souci du détail est également présent lorsqu’il revient d’une séance et qu’il redécouvre les photos prises pendant la journée.

« J’ai passé 8 heures à retravailler la photo du pont Jacques-Cartier afin de la rendre parfaite. Certains disent que c’est de la triche, moi je pense que ça fait partie du travail d'un photographe. Avec mon bagage en postproduction, cela va de soi que je passe autant de temps à éditer une image. »

Simon a longtemps cherché le point de vue qui lui permettrait de montrer les feux à leur meilleur, en même temps que le pont et Montréal en arrière-plan. Il ne souhaite pas révéler où il l’a prise (et on le comprend!), mais admet tout de même qu’il s’agit d’un assemblage de deux photos. « Je ne prends pas d’images provenant d’ailleurs, j’attends souvent 30 minutes entre les deux prises et je mixe les deux. »

Conteneurs à la Place Saint-Charles

« Des conteneurs sont entreposés à la place Saint-Charles et on n’a pas trop le droit d’y aller… mais j’avais fait une photo semblable pendant l’été et j’en voulais une en hiver. C’est en plein le genre de photo que j’aime faire, transformer un truc banal que les gens trouvent laid en un tableau qu’on accroche au mur. »

Son travail sur les effets spéciaux lui a permis de développer un œil sûr pour les couleurs et les perspectives, ce qui l’a conduit à faire une publicité pour Nutella et travailler sur plusieurs films et courts métrages. « Je continue à faire des contrats en effets spéciaux à mon compte, mais c'est d'abord la photographie qui occupe la majorité de mon temps. »

Farine Five Roses et la super lune

« Ah la fameuse super lune dont tout le monde parlait! Avec mon ami Colin Surprenant, on s’est donné le défi de trouver l’endroit parfait pour représenter Montréal en la captant. Nous avons fait deux jours de recherches et de calculs pour savoir précisément à quelle heure et dans quel angle faire notre prise. »

Obtenir une photo de cette qualité n’est donc pas le fruit du hasard, puisqu’ils ont calculé l’angle et la hauteur de la lune à l’aide d’une application. « J’utilise aussi Google map et Google Earth pour faire de la recherche sur l’historique des immeubles et trouver l’angle que je souhaite. »

Biosphère

Simon se spécialise autant dans la photo d’architecture intérieure que dans les paysages. Il revient plusieurs fois au même endroit lorsqu’il trouve l’angle qu’il souhaite, afin d’obtenir aussi l’éclairage optimal.

« Pour un endroit qui a été pris des milliers de fois, j’essaie de trouver un angle jamais vu. Dans ce cas, on voit souvent la biosphère qui se reflète dans la fontaine. De mon côté, j’ai fait la photo dans une réflection d'une flaque d'eau après la pluie, pour créer une symétrie parfaite. »

Avec sa copine il a le projet de repartir sur la route, entre deux contrats, pour faire de la photo pendant 6 mois. Celui qui songe à devenir professeur de photo lorsqu’il aura pris davantage d’expérience pourra vous parler dans les moindres détails des appareils et de leur fonctionnalité si vous le croisez dans un célèbre magasin de la rue Saint-Hubert. N’hésitez pas à aller le saluer. Vous pouvez également consulter son travail et commander des impressions via son site Internet et sa page Instagram.