Un site Web de la Ville de Montréal
Vivre ma ville
Jardin botanique

Montréal sur le vif

Portrait de photographe
Publié le
4 décembre 2017
« Marcher » sa ville du lever au coucher du soleil pour y découvrir des scènes montréalaises authentiques, voilà ce qui motive Fatima Saker à passer ses journées de congé dehors. Beau temps, mauvais temps.

Photographe autodictacte mieux connue sous le nom de @Fatma_Khazala, Fatima préfère la lumière naturelle du matin qui est plus douce, mais elle est prête à revenir plusieurs fois au même endroit pour obtenir LA bonne prise.

« Ce n’est pas de la folie! J’aime comparer un paysage lorsqu’il est brumeux, ensoleillé ou pluvieux. D’ailleurs, j’ai beaucoup de photos du Jardin botanique, car j’aime y observer et écouter la nature. Nous sommes chanceux d’avoir un tel espace en pleine ville. J’aime sa douceur et sa sérénité, j’y fais de grandes marches et ça m’inspire pour des photos et des poèmes. »

Prendre le temps

Promenade au quartier chinois

Fatima est une magicienne de l’instant présent et elle a attendu tout le temps qu’il fallait, sous la pluie, pour obtenir sa photo préférée : celle d’une dame qu’elle croisait souvent dans le quartier chinois, en train de nourrir les oiseaux.

« Cette photo m'interpelle... est-ce que je pourrai me rendre jusqu’à cet âge? Je trouve cette dame extraordinaire de nourrir les oiseaux sous la pluie. Les gens n’acceptent pas la vieillesse. Moi, je trouve que c’est un privilège, une bénédiction plutôt qu’une fin de vie. En regardant ces personnes, nous brisons la peur du vieillissement que la société nous a inculquée. »

Aimer l’hiver

Collège de Montréal

C’est la photo qui lui a fait aimer l’hiver. « J’aime la neige, mais pas le froid! Tout le monde me demande comment je fais pour sortir pendant les tempêtes : c’est simple, je m’habille comme il faut! » Celle qui aime tant marcher se réjouit de la poésie du paysage quand la neige tombe sur la ville, surtout dans le Vieux-Montréal, où la juxtaposition des immeubles modernes et antiques lui confère une beauté originale. « C’est un défi logistique, mais j’y arrive et à la fin, je me récompense avec un bon chocolat chaud! »

Cette photo du Collège de Montréal, Fatima a attendu longtemps avant de pouvoir la faire. Amatrice d’architecture, elle a commencé la photo il y a deux ans et demi surtout pour photographier des immeubles, mais a bifurqué vers la street, incluant des gens dans des scènes croquées sur le vif.

« J’avais visité le séminaire du Collège de Montréal et son histoire, la texture de ses pierres et son architecture me fascinaient. J’ai attendu l’hiver parce que je voulais mettre en évidence les sapins sous la neige, leur grandeur. La personne qui passait devant la porte n’était pas prévue, mais ça rend la photo encore plus vivante. »

Voyager en images

Grande observatrice toute en douceur, Fatima est technicienne en ophtalmologie dans sa vie de tous les jours. Elle habite Montréal depuis maintenant 14 ans, tandis que sa famille vit un peu partout en Europe. Mais c’est en Gaspésie qu’elle a vécu son plus grand dépaysement : « C’était incroyable, j’étais partie ailleurs! J’y ai écrit beaucoup de poèmes. »

En partageant ses photos sur Instagram elle souhaite d’abord faire voyager les gens, mais surtout leur faire vivre des émotions.

« J’aime l’interaction rapide sur Instagram. Je n’ai pas peur des critiques, il faut s’y attendre. Les gens n’ont pas la même façon de regarder ou de critiquer les choses et une photo peut provoquer toutes sortes d’émotions. J’adore apprécier le travail des autres, sinon on se concentre uniquement sur le nôtre et on se coupe de quelque chose. J’aime inspirer [et m’inspirer] d’autres photographes, je me sens gagnante, car on apprend l’un et l’autre. »

Douce nuit😌

A post shared by Sahara (@fatma_khazala) on