Un site Web de la Ville de Montréal
Vivre ma ville
Programme des Femmes-relais

Montréal comme terre d’accueil

Organismes pour femmes immigrantes
Publié le
20 avril 2018
La métropole accueille en moyenne 30 000 nouveaux arrivants par année. De nombreux organismes montréalais sont à pied d’œuvre afin d’assurer une intégration réussie. Présentation de deux initiatives.

Les femmes-relais

« Nos interventions visent à favoriser l’inclusion des nouveaux arrivants à la société d’accueil et à encourager le rapprochement interculturel », résume Veronica Islas, directrice générale du CRIC, Centre-Sud.

Depuis cinq ans, le CRIC organise par exemple un programme de femmes-relais, où une douzaine de femmes de diverses origines ethniques (incluant des Québécoises « de souche »), bien établies au pays depuis au moins deux ans, sont invitées à accompagner de nouvelles familles d’arrivants.

« Celles-ci peuvent aider une famille qui doit inscrire son enfant à l’école, démystifier les besoins vestimentaires pour passer un premier hiver au pays ou expliquer le fonctionnement du système de santé au Québec », énumère Veronica Islas.

Carrefour de ressources en interculturel

L’accompagnement peut être ponctuel, ou suivi, selon les défis particuliers des familles. 

En retour, le travail de bénévolat de ces femmes-relais leur permet d’obtenir une attestation pour des heures en formation et des heures d’accompagnement, à l’instar d’un stage, une aide précieuse pour faciliter leur insertion professionnelle.

« La plupart de ces femmes accompagnatrices sont fortement scolarisées, mais elles peinent à faire valoir leurs formations et expériences au Québec », dit Veronica Islas.

D’un côté, des familles qui reçoivent un accompagnement humain à travers une première étape critique, de l’autre, des femmes qui, par cette expérience gratifiante, enrichissent leur sphère professionnelle. Dans cet échange, toutes y gagnent.

« Le projet est évalué par le Laboratoire de recherche en relations interculturelles de l’Université de Montréal, qui a pu constater la transformation de la perception des participantes envers la société québécoise : de fermée, les femmes la reconnaissent comme ouverte… lorsqu’on prend la peine de leur expliquer comment les choses fonctionnent ! » résume Veronica Islas.

Carnets de migration

Des femmes de plus de 50 communautés ethniques se rencontrent à Concertation-Femme, dans Ahuntsic-Cartierville, pour recevoir de l’aide variée, pour participer à des activités sociales ou pour profiter de services comme une halte-garderie ou des ateliers.

Le projet « Récits du cœur. Carnets de migration à Montréal », s’inscrit dans la programmation annuelle des cours de francisation de l’organisme.

« Chaque année, un projet de rédaction est proposé aux femmes qui suivent nos cours de francisation, dit Maysoun Faouri, directrice de Concertation-Femme. « Carnet de contes, carnet de recettes, et en 2017, un carnet de migration. »

Cette année, Concertation-Femme a choisi de travailler en collaboration avec le Carrefour d’aide aux nouveaux arrivants (CANA) et le Café de Da, qui avait un petit budget pour un projet lié à la francisation.

Lancement des Carnets de migration à Montréal

« Cela a permis d’impliquer la romancière d’origine palestinienne Yara El-Ghaban », ajoute Maysoun Faouri. Dans le cadre de leur formation en français, les étudiantes ont ainsi pu s’entretenir avec cette dernière, qui les a invitées à raconter le récit de leur immigration. 

« On peut sentir dans chacune des histoires quelles femmes demeurent en processus de deuil par rapport à leur pays d’origine et lesquelles sont bien installées », dit Maysoun Faouri.

Concertation-Femme a conséquemment organisé des ateliers sur le deuil du pays.

L’organisme nourrit donc les rapprochements entre résidents de la terre d’accueil et nouveaux arrivants. Ainsi, des étudiants de l’école secondaire Évangéline et de La Dauversière ont été invités à écouter les histoires de ces femmes et à dessiner ce que ces récits leur inspiraient, créant les illustrations du carnet. Un projet rassembleur !