Un site Web de la Ville de Montréal
Vivre ma ville
L'Usine à films amateurs

L’Usine de films amateurs : créer son film en 3 heures

Jusqu’au 15 octobre
Publié le
11 septembre 2017
L’Usine de films amateurs du célèbre réalisateur français Michel Gondry vient de débarquer à Montréal. L’expérience nous promet de produire notre propre court-métrage en quelques heures, en collaboration avec une équipe d’inconnus. Nous avons suivi un père et son fils qui ont tenté l’expérience.

Après Tokyo, Paris, São Paulo, New York, Moscou et Cannes, l'Usine de films amateurs s'installe jusqu'au 15 octobre à Montréal dans le cadre des célébrations du 375e. Il faut s'inscrire pour participer, mais c'est gratuit et, surtout, palpitant. « Je n'avais aucune idée à quoi m'attendre, » confie Clovis, 18 ans.

Les rôles sont distribués parmi les participants

 

« On n'a pas souvent l'occasion de voir le monde du cinéma de l'intérieur, explique Pascal, son père. La proposition de créer un projet commun avec un groupe d'inconnus me semblait intéressante. »

L'activité se divise en quatre parties minutées. « Le chronomètre crée une certaine pression qui nous oblige à plonger dans l'action », reconnaît Pascal.

La gare des étoiles

Pour commencer, les participants sont invités à visiter les décors, à découvrir les costumes et les accessoires avec lesquels ils pourront travailler. Le groupe ne se connaît pas. Il y a entre autres Assiyah, une artiste de Vancouver qui vient de s'installer à Montréal, Jacopo, un chercheur italien qui a longtemps vécu en France, Joëlle, qui travaille dans l'événementiel, et Sarah, qui étudie en cinéma. L'activité s'adresse à tout le monde. Pas besoin d'avoir de connaissances particulières.

Un chef d'oeuvre fort prisé

Dès le remue-méninge du premier atelier, chacun donne ses idées. Il faut se partager les tâches, choisir un titre, décider du genre et commencer un synopsis. Le film sera une comédie de science-fiction qui s'intitulera La gare des étoiles. Les participants ont été inspirés par le décor du train.

Nelly, l'animatrice, encourage chacun à donner son avis. Mais le temps file, il faut passer à l'étape suivante.

Ateliers minutés

Au deuxième atelier, l'équipe prépare le tournage. On distribue les rôles.

« Il faut que tout le monde participe », insiste Nelly.

Quelqu'un lance l'idée de raconter l'histoire au micro plutôt que de faire apprendre des rôles aux personnages. On écrit les panneaux pour le titre du film et le générique. On dessine des billets de train comme accessoires. On précise les scènes. On raffine le scénario où les deux personnages principaux vont se rencontrer à cause d'un quiproquo. Les comédiens vont vite enfiler leurs costumes de lapin. Nous sommes dans une science-fiction absurde qui se passe sur des planètes reliées entre elles par un train.

Les 45 minutes passent vite. La minuterie retentit. Il faut passer à la troisième étape, le tournage. Aucune erreur n'est permise. Chaque bout de film tourné s'enchaîne avec le suivant. Interdiction de faire marche arrière.

Rires garantis

On y trouve même des décors en mouvement

Tout le monde court partout. Clovis tient la caméra. « Ce n'est pas facile d'apprendre en quelques secondes le maniement de l'appareil », avoue-t-il. Joëlle suit le scénario que l'équipe a écrit en commun. Chacun se concentre. Pascal, le maître du chrono, rappelle que le temps file. Il faudra tourner les coins ronds pour arriver à la fin. Ensemble, les participants décident d'écourter la finale ; les contraintes font partie de l'expérience !

La minuterie résonne. Il faut remettre le film et finaliser la pochette du DVD. L'équipe se retrouve dans une petite salle pour la projection sur grand écran de son film.

« C'est excitant, témoigne Pascal. On découvre qu'on peut réussir à créer en quelques heures une histoire qui tient debout avec des gens qu'on ne connaissait pas. » Le résultat fait beaucoup rire l'équipe !

Le chef-d'œuvre La gare des étoiles est disponible dans la boutique du Club vidéo de l'Usine de films amateurs jusqu'au 15 octobre.

L’activité peut se faire en famille, mais aussi - pourquoi pas - avec des camarades de travail. Car créer sous pression un projet comme celui que propose l’Usine de films amateurs nous en apprend beaucoup sur nous-mêmes et sur notre relation aux autres !

375 ans d'histoire, ça se fête!
En 2017, Montréal bouge, se réinvente, s'éclate et se souvient. Revisitez l'histoire de notre belle métropole et découvrez des projets urbains qui transforment notre milieu de vie.
Célébrez, cliquez ici