Un site Web de la Ville de Montréal
Vivre ma ville
Audrée Archambault

La chasse aux trésors littéraires d’Audrée

Livres dans le métro
Publié le
25 avril 2018
Après la rue, le métro! On connaissait déjà les croque-livres, ces boîtes de partage qui proposent de multiples lectures aux petits et grands, et ce, gratuitement le long des trottoirs. Voici maintenant les « livres dans le métro », une sorte de version 2.0 de ce concept citoyen.

Comme son nom l’indique, l’initiative se déploie dans le métro de Montréal, mais aussi sur les réseaux sociaux, depuis décembre 2016.

La donneuse originelle : Audrée Archambault, alias Elle M Bouquiner. Étudiante en littérature, blogueuse, « booktubeuse », bref, influenceure considérée, Audrée reçoit une quantité phénoménale de livres des éditeurs. Trop, tant pour sa bibliothèque que pour son esprit minimaliste.

Une fois lus, qu’en faire ? S’inspirant de Books on the Underground, une initiative londonienne popularisée par l’actrice Emma Watson, qui a fait des petits dans une dizaine de villes dans le monde, Audrée part à la conquête du métro de Montréal armée de ses livres.

Sceau officiel des Livres dans le métro

 

« Je veux leur donner une deuxième vie, explique-t-elle. Mais surtout, donner le goût de lire aux gens, à ceux qui ne vont pas à la librairie, ni à la bibliothèque. »

Et ça marche. Lors d’un de ses périples souterrains, Audrée a été témoin d’une scène révélatrice. Une très jeune femme, dont le français n’était pas la langue maternelle, hésitait à prendre le livre tout juste déposé. « Je ne serai pas capable », disait-elle à son ami. Et ce dernier de répliquer : « Oui, on va le faire ! On va le lire jusqu’au bout ! » Et ils sont partis avec le livre. On ne connaît pas la fin de l’histoire, mais on se plaît à imaginer qu’ils en ont lu plein d’autres par la suite…

Le buzz de la découverte

Le plus souvent, Audrée propose des romans, « écrits en français dans 95 % des cas ». Mais les bancs du métro s’ornent aussi parfois de livres jeunesse, de développement personnel et même de cuisine! Le passant les découvre par hasard ou parce qu’il s’informe des indices publiés par Audrée sur Instagram (@livresdanslemetro).

Un autocollant apposé sur chaque livre explique la marche à suivre, d’une simplicité enfantine : on apporte le livre chez soi, on le lit et on le redépose ensuite dans le métro. Les gens sont aussi encouragés à partager leur trouvaille sur le fil d’Audrée. Environ une personne sur cinq relaie sa découverte, selon elle.

Le livre Pivot de Marie-Ève Cotton

La chasse aux trésors littéraires d’Audrée prend parfois des allures de buzz, comme lors de la Journée mondiale des femmes. Des centaines de romans féministes provenant du club de lecture d’Emma Watson, annotés par l’actrice, ont été offerts dans les métros de la planète, dont une cinquantaine à Montréal.

« Ce jour-là, j’ai fait de la distribution, raconte Audrée. Je n’ai même pas réussi à les déposer, le gens m’attendaient sur le quai pour avoir un exemplaire! »

Même la Société de transport de Montréal a joint les rangs des fans de « Livres dans le métro » et relaie les infos sur ses réseaux. Cette collaboration a mené au tournage d’une série de vidéos avec des auteurs dans le métro.

Prochaine étape : monter une équipe de bookfairies, une équipe de fées qui distribueraient les livres à la grandeur du réseau. Audrée entend aussi se consacrer à l’écriture de sa série policière pour enfants, Sarah-Lou, détective (très) privée. Le premier tome, S'il te mord, t'es mort!, a été lancé en février… et 25 exemplaires gratuits ont trouvé preneurs dans le métro de Montréal.