Un site Web de la Ville de Montréal
Vivre ma ville
Répétition du Super méga grand continental

Danser le continental... mais en Super Méga Grand!

Mosaïque montréalaise
Publié le
8 septembre 2017
À l’occasion du 375e anniversaire de Montréal, le chorégraphe Sylvain Émard réunit 375 amateurs de tous les âges et de tous les horizons, qui danseront ensemble un Super Méga Grand Continental sur la place des Festivals les 15, 16 et 17 septembre. Nous en avons rencontré quelques-uns alors qu’ils étaient en répétition.

« C'est la première fois que je participe, confie Caroline Joassin, conceptrice-rédactrice publicitaire. Quand j'ai vu l'info circuler, ça m'a inspiré. Je me suis inscrite aux auditions en me disant pourquoi pas moi ? »

continental_s2.jpg

375 citoyens se donnent rendez-vous 2 fois par semaine pour répéter

La mère de famille de 46 ans ne pensait pas qu'elle serait prise. Mais dès la première audition, elle a été emballée par l'esprit qui se dégageait du projet. « Je me suis retrouvée avec des gens de toutes les origines, une véritable mosaïque de Montréal, » raconte Caroline avec enthousiasme.

Gros bonheur

Normand Miron n'en est pas, lui, à ses premiers pas dans l'univers du Grand Continental. « Je suis un habitué de l'art de souffrir », dit à la blague cet entrepreneur expert en médias numériques. C'est vrai que c'est exigeant. Il y a au moins deux répétitions par semaine, pendant plusieurs mois. Il faut décortiquer les mouvements, mémoriser les pas, rester debout et actif pendant deux heures le soir après une journée de travail.

continental_s1.jpg

Le chef d'orchestre du projet: Sylvain Émard

« J'ai fait le XL, précise Normand. J'ai aussi participé à des collectes de fonds avec la troupe de Sylvain Émard. » Et cette année, il a davantage pris le temps de participer à l'événement. « C'est du gros bonheur, avoue-t-il. Et puis, c'est une façon de sortir de chez soi, une belle occasion de bouger! »

Pas besoin d'être un professionnel de la danse pour faire partie de la troupe, mais il faut faire preuve d'assiduité aux répétitions si on ne veut pas se retrouver à la traîne. « Je ne dansais pas bien, reconnaît Normand, mais ça vient vite. Et même si on danse chacun à notre manière, c'est l'ensemble qui donne l'impression d'un show professionnel! »

Folie encadrée

La magie du Super Méga Grand Continental, c'est la rencontre du set carré et de la danse contemporaine, appuyée par la force de 375 danseurs.

« L'effet de danser en groupe est impressionnant, abonde Caroline. J'avais fait de la danse dans ma jeunesse, mais rien de comparable. Là, on sent qu'on va plus loin dans l'expression artistique. »

continental_s3.jpg

Danser le continental... autrement!

Normand a la même impression : « 375 personnes qui trippent solide, c'est magique ! On goûte à la folie de la danse moderne, mais dans le cadre rigide des danses en ligne. »

Le Super Méga Grand Continental est une fabuleuse expérience pour celles et ceux qui danseront à la Place des Festivals, mais également pour le public qui aura le bonheur d'y assister pendant la fin de semaine du 15 septembre!

Grand continental

Le set carré d'autrefois a connu une nouvelle jeunesse lorsque le chorégraphe Sylvain Émard a rassemblé, lors du Festival TransAmériques de 2009, une soixantaine de danseurs amateurs pour le premier Grand Continental de l'histoire. L'année d'après, ils étaient 120 pour le Très Grand Continental, puis 200 pour le Continental XL.

Ça vous donne des fourmis dans les jambes ? Surveillez le site de Sylvain Émard pour vous inscrire aux prochaines auditions.  

375 ans d'histoire, ça se fête!
En 2017, Montréal bouge, se réinvente, s'éclate et se souvient. Revisitez l'histoire de notre belle métropole et découvrez des projets urbains qui transforment notre milieu de vie.
Célébrez, cliquez ici