Un site Web de la Ville de Montréal
Vivre ma ville
Centre de commerce mondial

Connaissez-vous RÉSO ?

Plus grand réseau intérieur du monde
Publié le
27 novembre 2017
Protection contre les intempéries, pause de la circulation automobile, diminution de son empreinte écologique, incitation au transport en commun… il y a beaucoup d’avantages à fréquenter notre ville intérieure. Et si vous alliez à sa rencontre comme si c'était la première fois?

Martin Robitaille guide les touristes à travers la ville souterraine depuis 20 ans. Il constate que même si les Montréalais y transitent tous les jours, ils connaissent peu l’histoire — et les particularités — de ce qui constitue le plus grand réseau de galeries intérieures au monde.

« On parle de ville souterraine, mais on devrait plutôt dire ville intérieure, dit Martin Robitaille. Le RÉSO ne se retrouve pas que sous terre, il y a de superbes atriums, des bâtisses s’élevant sur des dizaines d’étages, des passerelles aériennes… »

Centre Eaton

Cette discussion se tient directement sous la cathédrale Christ Church aux Promenades de la Cathédrale. Peu de gens savent toutefois qu’on doit remercier l’instabilité du sol dudit édifice religieux pour profiter de cet espace.

« La cathédrale du 19e siècle a dû être montée sur pilotis pour assurer sa pérennité. Et comme les investissements étaient substantiels, on a confié le travail à un promoteur privé, contre un bail d’une durée de 99 ans. Le nouveau propriétaire a choisi de construire des magasins et des restaurants sous la structure », raconte Martin Robitaille.

Oeuvres d'art et corridors

À la station de métro McGill, le trafic piétonnier est dense : 11,3 millions de visiteurs y passent chaque année… et bien peu s’arrêtent pour admirer ses œuvres d’art.

Métro McGill

« Le RÉSO serait la plus grande galerie d’art souterraine au monde », affirme pourtant le guide, en estimant à plus de 80 les œuvres réparties dans l’ensemble de la ville intérieure.

Qui a déjà remarqué le morceau du mur de Berlin située dans la ruelle des Fortifications au Centre de commerce mondial de Montréal? 

Corridor menant au Centre de commerce mondial

«  En citant Léonard de Vinci, l’urbaniste Vincent Ponte avait partagé cette vision d’une ville intérieure où il y aurait une division entre la circulation automobile et piétonne, raconte Martin Robitaille. L’endroit était idéal : la place Ville-Marie venait boucher l’énorme trou creusé par la CNR dans les années 1920 pour construire la gare centrale. »

En pansant cette plaie dans le paysage urbain, le projet venait en même temps d’officiellement déplacer le centre-ville de son berceau historique, le Vieux-Montréal. Autour de la place Ville-Marie se sont ensuite connectées d’autres bâtisses commerciales — de leur propre chef et avec leurs propres sous — selon leurs intérêts commerciaux.

Place Ville-Marie

« Le Centre Eaton a par exemple déboursé 9 millions de dollars pour profiter du trafic piétonnier que la construction d’un tunnel allait entraîner. »

Bordé par le mont Royal et le Vieux-Montréal, puis traversé par deux infrastructures souterraines majeures (les lignes orange et verte du métro), le centre-ville a une géographie idéale pour faciliter l’étalement de la ville intérieure. Saviez-vous que 80 % des espaces à bureau du centre-ville et 35 % des commerces sont reliés au RÉSO?

 

Centre de commerce mondial

Outre ceux de la STM, tous les corridors du RÉSO ont été construits par des investisseurs privés, qui en assurent la signalisation, l’entretien et la sécurité. Cela explique qu’il n’y ait pas d’homogénéité dans le RÉSO, mais plutôt un amalgame de corridors et de places publiques ayant chacun leur personnalité.