Un site Web de la Ville de Montréal
Vivre ma ville
Arts martiaux

Comment survivre aux inscriptions ?

Nos p'tits trucs pour les activités d'automne
Publié le
23 août 2017
L’automne est sur le seuil déjà, apportant son lot d’activités dans les arrondissements de Montréal, toutes plus palpitantes les unes que les autres. Or, y inscrire son enfant ou soi-même n’est pas toujours facile. Comment passer à travers sans perdre de plumes ?

Chaque automne, le même manège recommence : c’est la valse des inscriptions aux diverses activités qui reprend, entraînant avec elle des parents stressés, angoissés, paniqués (on exagère à peine). Que ce soit pour des cours de natation, de danse, de musique ou pour parvenir à mettre son nom sur la liste d’une équipe sportive, les places s’envolent parfois si rapidement ! Il doit pourtant y avoir une façon d’aborder le tout sans subir de hausse de pression sanguine, non ?

Informez-vous auprès de votre arrondissement

S’adapter à l’offre

Les activités offertes à travers les arrondissements de Montréal sont nombreuses et variées. Elle sont proposées par un nombre important d’organismes différents, tous secteurs confondus qu'on retrouve en majorité à travers l'application Loisirs en ligne (sportifs, communautaires, pédagogiques, etc.). Bien sûr, le nombre de places limité induit chez les intéressés un esprit de compétition certain.

Dans ce contexte, pas le choix : la planification est le mot d’ordre.

« Aussitôt qu’on reçoit la programmation des activités de l’arrondissement, on la consulte, et les enfants encerclent les activités qui leur plaisent », dit Émilie Chiasson, mère de deux enfants résidant dans Villeray.

Et pourquoi pas le tir à l'arc?

Une étape de repérage qui permet d’élaborer une stratégie est de recourir à un plan B si l’achalandage nous joue de mauvais tours.

« Quand il est indiqué que les inscriptions ouvrent telle date à midi, on devine que tout le monde se bousculera au portillon », note Émilie Chiasson.

C’est particulièrement le cas des cours de natation, où les petits groupes limitent le nombre de places disponibles. « J’appelle ça la mafia des cours de natation ! » lance Justine Tourville-Blanchet en riant, une maman expérimentée en la matière.

« J’ai une alarme la veille, une autre le matin même, et une dernière 5 minutes avant l’inscription. C’est contrariant, mais j’ai toujours eu l’horaire que je voulais. »

Les très populaires cours de natation

Sortir des sentiers battus

Si nos premiers choix s’envolent, voilà un joli prétexte pour faire preuve d’originalité. Pas de place au piano? Pourquoi pas un autre instrument? Découvrez les vertus de l’aïkido à défaut d’apprendre les rudiments du judo. Rappelons également que plusieurs institutions et organismes privés ou indépendants (YMCA, centres d’art, universités, etc.) proposent aussi une programmation complète d’activités de leur côté.

Outre cette option de s’orienter vers d’autres répertoires, certains parents n’hésitent pas à s’organiser entre eux pour pallier le manque de places, ce qui a pour avantages de réduire les coûts et d’assouplir l’horaire en fonction de ses besoins.

Une belle découverte: le water polo!

 

« On s’organise des cours semi-privés avec d’autres familles. On propose et on s’inscrit habituellement sur Fabebook, et les activités ont lieu en milieu de semaine », raconte Andreann Larouche, mère adepte de l’organisation zen.

Bref, une belle exploration automnale en perspective !