Un site Web de la Ville de Montréal
Vivre ma ville
Pour un Montréal sans smog

4 façons de remplacer le bon vieux feu de foyer

Pour un Montréal sans smog
Publié le
22 novembre 2017
Pour les amoureux de la petite flambée, il existe des solutions de remplacement aux foyers polluants, ayant beaucoup moins d’impact sur la santé et qui sont tout aussi chaleureuses !

Le saviez-vous ? À partir du 1er octobre 2018, l'utilisation de poêles, fournaises, chaudières et autres foyers polluants qui ne sont pas conformes à la règlementation sera interdite à Montréal. Voici quelques suggestions de remplacement.

L'odeur du feu de bois

Si vous êtes amateur de l'odeur des feux de cheminée et de la magie des flammes qui vacillent dans l'âtre, le poêle à granules de bois est une option possible. Les granules sont composés de résidus de bois secs compressés. Le foyer à granules est plus performant qu'un foyer conventionnel et peut chauffer jusqu'à 24 heures consécutives. Cependant, même un poêle à granules devra être conforme à la règlementation à partir du 1er octobre 2018. Notons aussi que cet appareil nécessite un système de ventilation électrique qui peut être bruyant.

La flamme rassurante

Un foyer au gaz naturel ou au propane n'a pas le crépitement des bûches, mais il a la constance rassurante d'une source de chaleur facile d'emploi. Pas de cendres à ramasser, pas de braises à éteindre, pas de bûches à entreposer. Certains modèles proposent même des bûches artificielles qui donnent l'impression d'un vrai foyer. Flammes comprises !

Alternative au feu de bois

Le feu sans la flamme

Avec 5 000 BTU en moyenne, un poêle électrique n'offre pas autant de chaleur que la flamme d'un feu de bois ou celle d'un foyer au gaz qui peut atteindre 30 000 BTU, mais il peut chauffer une petite pièce. Et avec un subtil décor de lumières rotatives et de miroirs, il donne l'impression d'un joli foyer rougeoyant. De plus, il ne nécessite aucune cheminée, ne cause aucun déchet et ne dégage aucune particule.

La cheminée urbaine

On voit de plus en plus de foyers à l'éthanol dans les magazines de décoration et les salons design du centre-ville. C'est que ces petits brûleurs ont un avantage sur les autres types de poêles : on peut les installer n'importe où et même, selon les modèles, les changer de place. Le liquide qui s'enflamme est souvent d'origine végétale. Ce n'est donc pas une énergie fossile qui brûle. Comme le système ne nécessite pas de cheminée, toute la chaleur est diffusée dans la pièce où le foyer est installé. À noter qu'on ne peut pas laisser brûler un foyer à l'éthanol toute la journée à cause des émanations toxiques et de l'humidité produite.

On le voit, les options pour remplacer les foyers de bois ne manquent pas. Choisissez la vôtre et blottissez-vous confortablement au coin du feu pour profiter des belles soirées d'hiver, en regardant un film québécois.

Le chauffage au bois est l'une des principales sources de pollution de l'air à Montréal. Consultez la page Internet sur le chauffage au bois de la Ville de Montréal afin d'en savoir plus sur le règlement :
ville.montreal.qc.ca/chauffageaubois